La dixième chambre du tribunal correctionnel du Hainaut, division de Mons, a prononcé une peine de deux ans de prison ferme et une amende de 56.000 euros contre un Louvièrois, coupable d'avoir tenu des maisons de débauche à Quévy et à La Louvière, d'avoir embauché des femmes majeures en vue de les prostituer, d'avoir exploité celles-ci et d'avoir fait leur publicité sur Internet. 

L'individu était en état de récidive puisqu'il avait écopé d'une peine avec sursis, en décembre 2020, devant le tribunal pour des faits identiques. Le tribunal a constaté une certaine banalisation chez le prévenu, lequel n'a pas eu droit au sursis plaidé par son avocat. Outre la gravité des faits, le tribunal a pris en compte le but de lucre et le mépris manifesté à l'égard de l'intégrité physique et sexuelle d'autrui.

Lors d'une perquisition réalisée dans son appartement, qu'il mettait aussi à disposition de jeunes femmes, les policiers ont retrouvé une vingtaine d'identités différentes. Toutefois, le tribunal a limité à sept le nombre de filles qui devaient remettre une partie du fruit de leurs prestations au prévenu.