Borinage Deux clans familiaux du Borinage s’en veulent à mort. Ils se retrouveront aux assises.

À Colfontaine, au cœur du Borinage, tous les policiers le savent : les Blairon-Cailleaux et les Deverchin-Estievenart se haïssent. Et cela depuis plus de 70 ans. C’est un peu comme les deux clans de la BD "Les rivaux de Painful Gulch" dans la série Lucky Luke, une de ces vieilles haines recuites entre deux familles dont plus personne ne se remémore vraiment l’origine.

Tout au plus se souvient-on que vers le milieu du siècle dernier, un Cailleaux, agriculteur de son état, a épousé une Deverchin qui était, dit-on, une gitane. Et cette union, qui n’avait pas plu aux deux familles, a produit 18 enfants.

Les diverses branches des familles se sont unies et désunies. Un Blairon a conté fleurette à une Cailleaux avant de séduire une de ses belles-sœurs. Des années de conflits incessants ont empoisonné les relations entre les deux clans, aujourd’hui groupés autour de leur patriarche : Rudy Deverchin d’un côté et Victor Blairon de l’autre. Tous deux présentent, comme leurs progénitures, des tatouages impressionnants, qui datent bien souvent de séjours répétés en prison.

Depuis des années, (...)