Certains professionnels du secteur n'ont pu récupérer leurs masques ce mercredi.

Ils étaient particulièrement attendus mais force est de constater que la distribution des masques chirurgicaux, réservés au personnel soignant, notamment aux infirmiers et infirmières à domicile, et organisée ce mercredi, a une nouvelle fois fait l’objet de frustration. En effet, l’ensemble des professionnels du secteur n’a pu en bénéficier parce que les listes dont disposaient les services du gouverneur du Hainaut étaient « erronées et/ou incomplètes. »

"Nous nous trouvons face à des infirmières pour lesquelles nous n’avons pas reçu de masques puisqu’elles ne sont pas reprises sur lesdites listes alors qu’elles sont bien domiciliées sur notre commune, qu’elles disposent d’un numéro INAMI et exercent effectivement leur métier", peste Isabelle Galant, bourgmestre de Lens. Le problème s’est aussi rencontré dans le sens contraire : des personnes n’exerçant plus et/ou ne disposant plus de numéro INAMI étaient reprises sur les listes.

Bref, les communes se retrouvent une nouvelle fois en difficulté, face à des professionnels du secteur dans l’embarras et dont la patience s’effrite au fil des jours. "De ce que j’ai pu constater lors de la distribution, aucune liste, dans aucune commune hennuyère, n’était correcte. Nous devons désormais mettre à jour les listes. Je demande donc au personnel domicilié à Lens et qui n’aurait pas été contacté ce mercredi par les services du gouverneur de se manifester au 065/22 04 30."

Du côté du gouverneur, on assure faire son possible pour gérer au mieux en cette période de crise. "Les listes dont nous disposons nous ont été transmises par l’AViQ et le SPF Santé Publique, les gouverneurs ne les ont pas inventées", insiste Tommy Leclercq. "Nous avons travaillé sur base des numéros INAMI et cartes d’identité. Ce qu’il faut comprendre, c’est que les groupements et associations d’infirmiers ne disposent pas de ces numéros, qui doivent être attribués à des personnes, aptes à prescrire des médicaments."

Il ne s’agit donc pas d’une erreur mais de précautions de sécurité. "Les personnes qui n’ont pu bénéficier de cette vague de distribution sont invitées à se manifester et à communiquer leur nom, prénom, un numéro INAMI, une copie de la carte d’identité et également des factures récentes afin que l’on puisse vérifier qu’elles sont toujours en exercice. Il n’est pas question de procéder à une distribution à l’aveugle, chaque cas doit faire l’objet de vérification."

Selon le gouverneur, peu de personnes se retrouvent finalement dans ce cas. Il annonce que le « problème » devrait normalement être réglé en fin de journée.