Il y a plus d’un mois maintenant, le comité la Nature sans Friture, opposé aux projets du groupe Clarebout à Frameries, déposait sur le site de la Région wallonne une pétition signée par 2500 personnes. Objectif, décrocher une audition auprès des parlementaires du gouvernement afin de les convaincre d’accepter le changement d’affectation du périmètre Donaire, changement indispensable pour empêcher les industries lourdes de s’y implanter.

Depuis le dépôt du document officiel, le silence est d’or. Le comité est donc allé aux nouvelles. "On a l’impression de n’être nulle part", souffle Florence Defourny au nom du comité. "Nous nous sommes inquiétés des délais pour obtenir notre audition auprès de la commission de l’aménagement du territoire car cela prend visiblement un temps fou." Par échange de mail, la Framerisoise a obtenu confirmation que la vérification des signatures était en cours auprès du Registre National, qui dépend du service public fédéral.

Par ailleurs, le responsable du service de la séance et des commissions l’informait que l’audition se tiendrait au sein de la commission de l’environnement, de la nature et du bien-être animal. "J’ai formulé mon étonnement et il s’agissait en fait d’une erreur. Ce n’est pas la première fois. On m’avait aussi dit que la pétition n’était pas recevable, alors qu’elle l’était. Ces erreurs répétées démontrent un manque de sérieux total quant aux dossiers qui sont traités."

À plusieurs reprises en effet, le comité a dû se montrer vigilant d’un point de vue administratif. "L’image donnée par l’administration n’est franchement pas reluisante. On s’en était moqué lors de l’une de nos pièces de théâtre mais visiblement, la fiction rattrape la réalité… On pourrait probablement en rire si derrière, nous n’étions pas en train de jouer gros pour notre cadre de vie." Las de ces déboires, le comité a toujours eu à cœur de rester transparent.

"Chaque mail que nous rédigeons, chaque dossier que nous introduisons, chaque contact que nous nouons, nous l’expliquons afin de chacun sache où nous en sommes, pourquoi ça prend du temps. C’est une transparence sur laquelle nous sommes très à cheval et qui permet de se rendre compte de la lourdeur administrative à laquelle nous sommes confrontés. Le système n’est clairement pas performant."

Bref, du côté de la Région wallonne, le temps semble long. Du côté communal en revanche, le dossier avance. Ce lundi, le conseil votera la réintroduction du dossier de demande de révision du plan de secteur du périmètre Donaire. "La commune s’en tient à ce qu’elle avait annoncé, c’est positif", poursuit Florence Defourny. "Le fait de recommencer la procédure nous permettra de mettre certains choses plus en évidence et donc de consolider encore notre dossier."

Si tout se passe bien, la RIP – réunion d’information préalable – pourrait être organisée en mars. D’ici là, le comité entend remettre la pression sur les administrateurs de l’intercommunale IDEA afin d’obtenir leur soutien dans cette démarche. Après quoi la balle sera dans le camp de la Région wallonne.