Un arrêté devrait être pris en ce sens, sur base d'un rapport de la police de l'environnement.

Pas une semaine ne passe sans que l’un ou l’autre élément ne vienne s’ajouter au dossier Clarebout. Ce lundi, le député wallon ecolo et conseiller communal à Frameries Manu Disabato tentait de rassurer les riverains alors que dans la presse, la semaine dernière, le groupe Clarebout avait annoncé qu’un contrôle de ses installations avait bien été opéré par le département de la police des contrôles (DPC) et que celui-ci s’était avéré positif.

"Suite à différents contacts, il apparait que le DPC n’a pas du tout dit que tout était en ordre, au contraire de la grande déclaration de Clarebout", écrit Manu Disabato à l’attention des riverains opposés au projet. "D’autant plus que la note de la ministre (Céline Tellier, Ecolo, ndlR) était claire sur le fait que l'entreprise ne dispose pas du permis suite à l'arrêt du conseil d'Etat du 23 octobre dernier."

De ce fait, un PV a été dressé. Il sera envoyé très rapidement à la commune afin de proposer à celle-ci, comme le prévoit le code de l'environnement, d'intervenir pour prendre un arrêté afin que Clarebout cesse l'exploitation de son frigo nouvellement construit. "J'ai aussi un contact avec le bourgmestre qui attend le rapport de l’inspection et qui, sur base de celui-ci, prendra ses responsabilités !"

Le vent semble tourner pour l’industriel qui avait confirmé dans nos colonnes, en date du 23 août dernier, qu’il exploitait son frigo. Et ce alors que plusieurs procédures étaient toujours en cours et que faire la lumière sur son droit d’exploiter ou non n’avait pas encore été possible.