On prend les mêmes et on recommence ! Dans les prochaines semaines, l’administration communale de Frameries organisera une nouvelle réunion d’information préalable (RIP) dans le cadre de sa demande de modification de plan de secteur, destinée à empêcher l’implantation du groupe Clarebout ou de tout autre groupe industriel à Frameries. En effet, l’administration wallonne avait souligné des irrégularités dans l’affichage organisé par la commune.

Jusqu’ici, aucune décision n’avait été prise par cette dernière. "En fin d’année 2020, nous avons repris un avis juridique afin de pouvoir nous positionner officiellement", explique Jean-Marc Dupont (PS), bourgmestre. "Il nous a été vivement recommandé de relancer la procédure à partir de la RIP afin d’éviter un éventuel recours au Conseil d'État pour vice de forme du groupe Clarebout si la décision de la Région wallonne devait être en notre faveur. Nous sommes occupés à organiser tout cela."

Le risque était "minime", selon l’analyse du dossier par l’administration de Willy Borsus (MR), ministre de l’aménagement du territoire, mais pas inexistant. "La comparaison entre l’avis diffusé dans la presse et l’avis utilisé pour l’affichage, avec ses exigences, montre que la commune de Frameries s’est légèrement écartée de ces exigences", a explique le ministre à l’attention du député Manu Disabato (Ecolo), qui s’inquiétait de l’état d’avancement du dossier.

Le ministre évoque "des imprécisions" plus que des omissions et précise que le processus de participation publique (68 participants, 111 courriers) n’avait pas été altéré mais insiste tout de même : la commune avait bien manqué de vigilance dans l’organisation de la RIP. Il restait alors deux choix à cette dernière : poursuive les démarches sans relancer la procédure, ou faire marche-arrière afin d’éviter que le groupe Clarebout ne s’engouffre dans la faille si l’occasion venait à lui être donnée.

La commune a finalement tranchée, estimant qu’il n’était pas question de courir le moindre risque d’échec sur "une simple question de forme."