Les riverains avaient sollicité le report du point, tout comme certains administrateurs.

C’était il y a bientôt un an. En mai 2019, les administrateurs de l’intercommunale IDEA décidaient à la majorité (et non à l’unanimité !) de signifier au groupe Clarebout que le droit de préférence qui lui avait été accordé pour le site convoité de Frameries était caduc car non-renouvelé. Lors de cette même séance du conseil d’administration, ils actaient le fait que le terrain n’était pas adapté pour une activité industrielle de pareille envergure.

Bref, le comité de riverains opposé aux projets du groupe Clarebout obtenait deux victoires en une. La joie était cependant de courte durée et le suspense reste entier. Ce mercredi, le conseil d’administration aurait dû se prononcer sur ce droit de préférence et ainsi entériner définitivement sa position. Mais le comité de riverains a demandé un report du point, le seul d’ailleurs à être inscrit à l’ordre du jour.

"La situation (l’épidémie de covid-19, ndlR) s’est aggravée et par respect pour la population touchée par ce problème de santé publique, nous ne souhaitons pas faire de bruit et polémiquer lors du C.A. Il nous semblerait indécent de le faire alors que la priorité est la santé de la population", annoncent les riverains. "De plus, nous apprenons que le CA ne se fait pas en présentiel et qu’il s’agira d’un mail par vote. Ce point nécessite un débat important afin de confronter les différents avis contradictoires. »

Au sein du CA en effet, les avis divergent. "Certains arguments méritent d’être défendus et entendus." Le comité précise encore que si l’IDEA venait à faire "machine arrière concernant le droit de préférence", des démarches juridiques sérieuses seraient entreprises à son encontre. Après discussion ce mardi, il a été décidé de reporter le CA. "Plusieurs administrateurs avaient sollicité le report et estimaient qu’une rencontre physique était nécessaire pour aborder le point", confirmait l'IDEA en fin d'après-midi.

La rencontre aura lieu à une date ultérieure, à ce jour encore inconnue puisque dépendante de la fin de la crise sanitaire.