Borinage

Sur le site même du festival, 62 PV pour possession et vente de produits stupéfiants ont été dressés.

Ce mercredi, près de 45.000 festivaliers rejoignaient déjà le site du festival pour vivre les premières heures de l’événement. Dans la globalité, aucun incident majeur n’a été à déplorer par la police.

Évidemment, avec quelque 18.000 véhicules qui ont transité par le site, quelques embarras de circulation ont été constatés aux abords du festival. Mais la police reste satisfaite.

Au cours de cette première journée et de cette première nuit, deux arrestations administratives ont été ordonnées sur le site, et une sur un contrôle routier pour trouble à l’ordre. Dans le cadre de la première soirée et du dispositif routier mixte, permettant une collaboration avec la zone de police boraine et le service des douanes, ce sont 132 véhicules qui ont été contrôlés.

Il en ressort sept conduites sous influence de la drogue, 13 conduites sous influence de l’alcool, soit un total de 20 conduites sous influence. Neuf retraits de permis de conduire pour une période de 15 jours ont été enregistrés. La police aura constaté deux ivresses, procédé à la saisie d’un véhicule pour défaut d’assurance et dressé 31 PV de roulage.

En matière de stupéfiants, les contrôles se sont multipliés, comme annoncés. On notera la saisie de 291,9 grammes de marijuana, de 62,2 grammes de résine de cannabis, de 42 pilules XTC, de 3,44 grammes de kétamine et de 3,4 grammes de cocaïne. 2400 euros auront été perçus pour ces stupéfiants et 2033,33 euros d’amendes impayées récupérées. 16.691 euros ont également été récupérés par le service des taxes.

A l’entrée du festival, les contrôles ont donné lieu au contrôle de 200 personnes et à 62 PV dressés : 61 pour détentions de produits et un pour vente. 246,42 grammes de marijuana, 58,46 grammes de résine de cannabis, 5,84 grammes de cocaïne, 92 pilules de XTC, quatre timbres de de LSD et 5,67 grammes de kétamine ont été saisis. 28 transactions ont été opérées pour un montant total de 3600 euros. Enfin, une arrestation judiciaire avec procédure accélérée devant le juge est à signaler.

« Les dispositifs techniques en place et les appuis spécialisés de la police fédérale ont fonctionné sans problème, à savoir les caméras mobiles, l’hélicoptère et les terminaux de payement. La gendarmerie française a participé aux patrouilles et a aidé au contrôle des ressortissants français », précise-t-on encore du côté de la zone de police des Hauts-Pays.

Du côté de la Croix-Rouge, 600 patients ont été vus. Une personne a dû être évacuée mais ses jours ne sont pas en danger. Elle a d’ailleurs pu quitter le milieu hospitalier.