Un accident survenu il y a quelques semaines a contraint les parents à emmener en urgence leur enfant à l’hôpital.

Ce sont des manquements interpellants qui se sont récemment produits dans la crèche Le Jardin d’Eden à Elouges (Dour), lesquels ont amené des parents à dénoncer la situation actuelle de l’institution. Une situation qui pose effectivement question, notamment concernant la sécurité des enfants accueillis chaque jour.

Et pourtant, cette crèche, entièrement rénovée et ouverte depuis décembre 2016 par l’ASBL Entraide Protestante, avait tout pour plaire. Mais la situation semble s’être détériorée depuis quelques mois. Plusieurs parents, qui nous ont contactés, entament les démarches pour trouver, en urgence, une nouvelle structure pour y déposer leurs enfants.

Plusieurs incidents se seraient en effet déclarés dans cette structure pouvant accueillir 18 bambins à temps plein. "Des parents ont été contraints de retirer leur enfant, 15 jours à peine après l’avoir inscrit, suite à un incident pour lequel la directrice, pourtant responsable, n’a montré aucune réaction", confie sous couvert de l’anonymat une maman qui craint désormais pour son enfant.

"C’était tout de même grave puisque les parents ont dû emmener en urgence leur bébé à l’hôpital, qui présentait des contusions sur le visage. C’était un accident, certes, comme il peut en arriver dans les crèches, puisque c’est un enfant qui en a mordu un autre. Mais cet enfant qui en a mordu un autre ne devait pas se retrouver dans cette section. C’est précisément la gestion de la direction qui pose problème. D’ailleurs, suite à cet accident, la directrice n’a pas remis son fonctionnement en cause."

Force est de constater que l’ambiance n’est pas au rendez-vous également au sein de l’équipe. "Trois des cinq puéricultrices sont en burn-out, parce qu’en conflit avec les méthodes de la direction. Par ailleurs, elles sont épaulées par des personnes qui n’ont pas les compétences requises en matière de puériculture. Plusieurs parents ont déjà contacté l’ONE."

Contactée, la directrice admet que trois des puéricultrices ont effectivement présenté un certificat médical, sans évoquer le climat tendu au sein de son implantation. Concernant l’accident survenu il y a plusieurs semaines dans lequel un enfant de quelques mois a été blessé, la directrice se retranche derrière le secret professionnel. Quoi qu’il en soit, l’avenir de la crèche Le Jardin d’Eden semble malheureusement compromis.