Les répercussions de la crise que nous vivons sont multiples et les enfants n’y échappent pas. Après avoir vécu une fin d’année scolaire compliquée l’an dernier, ils doivent à nouveau composer avec des apprentissages qui doivent se poursuivre dans un climat très particulier. Pour éviter que les lacunes se multiplient et que les écarts se creusent, les directions des écoles communales de Dour ont souhaité réagir.

Dans le cadre du pacte pour un enseignement d’excellence, elles ont récemment introduit une demande auprès de la Fédération Wallonie-Bruxelles et obtenu 22 périodes complémentaires pour l’enseignement maternel et 73 pour l’enseignement primaire. Soit l’équivalent d’un équivalent temps plein dans le premier cas et de trois équivalents temps plein dans le second, qui seront dédiés au renforcement de l’apprentissage de la langue française.

"La demande émanait du terrain", confirme Vincent Loiseau, échevin en charge de l’enseignement. "Pour prétendre à ces heures supplémentaires, les élèves doivent préalablement être évalués. C’est sur base des résultats de ces tests que l’accord a été donné. Nous avons dû constater que certains élèves étaient en difficulté d’apprentissage de la langue française. En être conscient et réagir est clairement la meilleure des solutions."

Ces quatre emplois supplémentaires doivent permettre de consacrer l’attention sur ces élèves en difficulté. "C’est une très bonne chose. Ces heures supplémentaires seront déjà dispensées mais elles seront dans toutes les implantations douroises dès la rentrée, à l’exception de celle de Moranfayt, puisqu’il s’agit d’un enseignement en immersion linguistique en anglais."

Notons que ces heures supplémentaires s’ajoutent à une autre initiative, cette fois financée sur fonds propres par le pouvoir organisateur : l’engagement d’un enseignant qui viendra en soutien des élèves éprouvant des difficultés dans l’enseignement primaire communal. La crise sanitaire a perturbé cet engagement mais l’heureux élu entrera bien en fonction dès la rentrée du mois de janvier.