Il est notamment question de supprimer les contenants en plastique à usage unique.

La préservation de l’environnement, c’est l’affaire de tous. EpiCURA l’a compris en signant, ce lundi, une charte de développement durable. Un engagement nécessaire alors qu’une récente étude a révélé que le secteur de la santé était responsable de 4,4% des émissions nettes mondiales de gaz à effet de serre.

"Nous sommes conscients de notre impact sur l’environnement et nous mettons en place une série de mesures pour réduire notre empreinte écologique", souligne-t-on du côté du centre hospitalier. Pour officialiser cet engagement dans la protection de l’environnement, le comité de direction a signé une charte de développement durable, qui stipule que l’hôpital s’engage, au moyen d’actions concrètes, dans différents axes : environnemental, mobilité, achat durable, sociétal et social.

Pour ce faire, un comité de pilotage et des groupes de projets ont été créés. Ils auront pour mission de mener à bien les actions concrètes qui diminueront l’empreinte écologique du centre hospitalier. Notons que le personnel et les patients seront eux aussi sensibilisés à la problématique via une série d’actions de communication.

Plus concrètement, EpiCURA s’est engagée sur le plan de la gestion des déchets. Il s’agira d’optimiser le tri, de remplacer les gobelets en plastique par des contenants en papier, d’installer des fontaines à eau, d’inciter le personnel à utiliser des gourdes, tasses et gobelets réutilisables, de sensibiliser les collaborateurs à la réduction du nombre d’impressions papier, etc. Sur le plan de l’écoconsommation aussi, des efforts seront fournis.

L’hôpital s’est engagé dans le Green Deal, qui favorise les circuits-courts et l’alimentation durable, a l’intention d’évaluer et d’optimaliser la consommation d’eau, d’électricité, de la climatisation ou du chauffage, de procéder à des achats responsables lors du remplacement ou de l’installation de chaudières et d’autres équipements ou encore de poser des choix réfléchis en matière de matériaux isolants lors de travaux de rénovation.

Enfin, la mobilité ne sera pas oubliée. Le personnel sera encouragé à covoiturer, l’utilisation de la vidéoconférence sera renforcée afin de réduite les déplacements des collaborateurs d’un site à l’autre, les patients et le personnel seront sensibilisés à l’utilisation de la mobilité douce et des transports en commun. Autant d’actions concrètes qui pourraient faire la différence alors que les enjeux sont majeurs.