En juin dernier, la commune de Frameries présentait son plan de relance en vue de soutenir les secteurs les plus impactés par la crise. Les premières primes ont été accordées mais sur l’enveloppe d’1,5 million d’euros prévue par les autorités communales, 500 000 euros sont encore disponibles. Ce lundi soir, le conseil communal a acté l’utilisation de ce solde au profit des commerçants et indépendants de l’entité.

"Nous avions deux possibilités : en rester là et se limiter à la première phase du plan de relance ou activer une deuxième phase", précise Jean-Marc Dupont (PS), bourgmestre. "Même si nous avons connu une certaine accalmie au cours de cette crise, les confinements se sont enchainés et certains acteurs locaux se trouvent toujours dans une situation extrêmement compliquée, voire dramatique. D’où la décision du collège d’injecter les 500 000 euros restants sous forme de primes directes."

Ces primes seront attribuées à différents secteurs, sur base de différents critères, notamment l’impact de la crise et la cession temporaire d’activité à la suite de décisions gouvernementales. Ainsi, les agences de voyage (une seule, à Frameries), fermées depuis le début de la pandémie, pourront prétendre à une prime de 9000 euros. Les cafés et bars n’ayant pu proposer de services à emporter ou à livrer seront plafonnés à 4000 euros, les métiers de contacts non-médical et moniteurs d’auto-école à 3000 euros, les restaurants et traiteurs (sauf friterie, foodtrucks et services take away) à 2500 euros. Une prime de 1000 euros est prévue pour les autres secteurs, à l'arrêt en novembre 2020.

Le collège ne ferme en effet pas la porte à l’analyse de dossiers introduits par des candidats qui, de prime abord, ne répondraient pas aux critères imposés. "Il y a toujours des cas particuliers. Il est possible qu’à l’issue d’une analyse par les services, certaines candidatures soient acceptées. Le règlement est là pour fixer un cadre et tenter d’être le plus juste possible mais nous restons conscients qu’il est impossible de tout prévoir."

Des subsides seront par ailleurs accordés aux clubs sportifs de l’entité, sur base du même schéma que les premières aides. De son côté, Philippe Debaisieux (BeFrameries), conseiller de l'opposition, a regretté qu’aucune aide ne soit prévue à l’attention des acteurs du monde culturel. Le bourgmestre a signalé qu’à ce stade, en plus d’un an de crise, aucune aide financière n’avait été réclamée par ceux-ci.