Si le confinement a été difficile à vivre pour beaucoup, il a également donné naissance à de magnifiques élans de solidarité. Du côté de Frameries, Pelligrino Di Zenzo avait profité de ces temps moroses pour mettre sur pied une coopérative à finalité sociale et ouvrir à la rue des alliés la boutique Vélo Solidaire. Chaque semaine, ce sont une dizaine de vélos remis en état qui sortent de l’atelier et trouvent leur nouveau propriétaire. Le tout pour un prix démocratique.

L’engouement est donc total. "C’est une vraie réussite, je ne pouvais pas rêver mieux en termes de solidarité", confirme Pelligrino Di Zenzo. "Des associations, des écoles, le service d’aide à la jeunesse et des CPAS m’ont contacté pour voir si des vélos étaient disponibles. Le mouvement ne s’essouffle pas, même si la saison estivale est derrière nous. J’en suis le premier surpris."

Le mécanicien avait qui le Framerisois collabore vient d’ailleurs de reprendre des études en mécanique vélo afin de se professionnaliser. "L’asbl vient d’obtenir son agréation. C’est une excellente nouvelle, cela signifie que nous allons pouvoir prendre des articles 60 en renfort. Le projet va permettre la remise à l’emploi de citoyens. C’est une vraie plus-value."

La récupération, la réparation et la vente de bicyclettes fonctionne donc à merveille. Ce qui a donné l’envie au nouvel entrepreneur d’aller plus loin. "Je vais organiser un Noël solidaire. On se rend bien compte que les temps sont durs pour les familles, que les pertes d’emploi se multiplient. Avec le risque que les enfants vivent un Noël sans magie, sans cadeau. Je vais organiser une collecte de jouets en bon état afin de les redistribuer."

Pas question ici de se focaliser sur des vélos dont la réparation est parfois coûteuse. "L’idée, c’est de pouvoir récupérer un maximum de cadeaux auprès des citoyens. La collecte sera annoncée via un passage dans les rues avec hauts parleurs et distribution de flyers. Pendant un mois ensuite, nous récupérerons un maximum de choses."

Toujours pour venir en aide à ceux qui en ont besoin, le Framerisois entend aménager son bâtiment de la rue des Alliés en maison sociale. "La problématique du logement est une réalité à laquelle personne ne s’attaque réellement. Aujourd’hui, obtenir un prêt hypothécaire relève presque du miracle. Ce n’est pas normal. Il y a des choses à faire, il faut secouer le cocotier !" Bref, les projets ne manquent pas…