Borinage

Ouf de soulagement pour les riverains opposés depuis le début à ce projet.

La joie et le soulagement étaient au rendez-vous ce lundi après-midi dans les rangs des opposants au projet Clarebout ! L’entreprise, qui avait débuté ses travaux pour la construction d’un congélateur à Frameries vient de se voir refuser son permis unique.

Le ministre Carlo Di Antonio, qui avait promis aux riverains de se prononcer sur le dossier avant l’échéance électorale, a tenu sa promesse. Ce dernier a par ailleurs rappelé qu’il y avait lieu « de soumettre un projet à une seule évaluation préalable de l’ensemble de ses incidences et qu’il est interdit à l’exploitant, demandeur d’autorisation, de scinder un projet unique afin de la soustraire à toutes ou certaines des règles applicables à l’évaluation globale. »

En d'autres termes, Clarebout ne pouvait procéder de la sorte et ne pourra pas poursuivre son chantier. « Le futur projet de la production et le projet dont objet, comme les deux projets portant sur les hangars, semblent avoir été scindés par l’exploitant. Ces derniers auraient dû faire l’objet d’une autorisation unique à l’occasion de laquelle une étude d’incidences globales sur l’environnement aurait dû être réalisée », explique le ministre de l’aménagement du territoire, Carlo Di Antonio.

Les aspects relatifs à la mobilité et les inquiétudes formulées à de nombreuses reprises par les riverains voisins du site et plus globalement par les autorités locales ont également été pris en compte. Le ministre a considéré que le projet n’appréhendait pas ces aspects alors que quelque 160 trajets supplémentaires de camions (en moyenne) par jour, sept jours sur sept et 24 heures sur 24 s’ajouteraient aux trajets des véhicules du personnel travaillant sur le site.

« Nous sommes évidemment ravis ! Nous verrons la suite mais c’est un nouveau signal fort qui est envoyé au groupe Clarebout. Le ministre confirme que peu importe qui l’on est, on ne fait pas ce que l’on veut en Belgique, il y a des règles, des procédures, des législations à respecter et qu’il n’est pas question de saucissonner les projets », confie Jean-François Adam au nom des Amis du Crachet.

Rappelons qu’en se faisant, le ministre Di Antonio ne suit pas l’avis de son administration : le recours non-suspensif des riverains introduit contre la construction de ce congélateur avait été recalé par les fonctionnaires technique et délégué il y a quelques jours.

Clarebout prendra bientôt position

De son côté, le groupe Clarebout n'avait pas encore été officiellement notifié ce lundi en fin d'après-midi. "Nous attendons d'avoir tous les documents en notre possession pour nous prononcer et envisager la suite", confirme Jan Poté, porte-parole de Clarebout. "Il est difficile d'avoir une position officielle aujourd'hui alors que nous ne connaissons pas les motifs de ce refus." 

Le groupe reste cependant confiant et insiste: la construction du congélateur et la construction potentielle d'une usine spécialisée en produits surgelés à Frameries sont deux dossiers bien distincts. "Il ne faut pas mélanger les choses. À Warneton, nous avons un congélateur sur le site et un autre à quelques kilomètres de là, à Comines. Bien sûr, avoir les deux sur un même site facilite les choses mais l'un ne nécessite pas l'autre."

Par ailleurs, Clarebout signale que huit personnes originaires de la région ont été engagées pour travailler dans ce congélateur. Elles sont actuellement en formation à Warneton.