Le cas de la RN544, entre Frameries et Eugies, a régulièrement été discuté autour de la table du conseil communal. En décembre dernier encore, pétition à l’appui, Fabrice Despretz (Be Frameries) réclamait des aménagements afin de sécuriser cet axe routier. Interpellée par le député framerisois Manu Disabato (Be Frameries/Ecolo), la ministre en charge de la sécurité routière, Valérie De Bue (MR) s’est penchée sur le dossier.

"La N544 entre Frameries et Eugies a fait l'objet de deux Commissions provinciales de sécurité routière (CPSR) à 18 mois d'intervalle, le 30 octobre 2019 et le 25 mars 2021. Le 30 octobre 2019, les conclusions actaient une bonne adéquation des limites de vitesse au contexte corroborée par le respect des limites de vitesse et une faible accidentologie constatée", rappelle la ministre.

"Une discussion a porté sur la configuration du passage piéton au droit de la librairie à Eugies dont la localisation génère un détour pour les piétons via un îlot inadapté aux piétons, une visibilité réduite liée à la présence du virage ainsi que du stationnement couramment non réglementaire." La Région wallonne entend dès lors proposer à l’administration que ce passage clouté soit supprimé et que la police renforce le contrôle du stationnement aux alentours de la librairie.

Valérie De Bue précise encore "qu’une réduction de la limite de vitesse à 50 km/h étant envisageable, la direction de routes de Mons soumettra une proposition de limitation à 50 km/h à l'avis de l'autorité communale." Une autorité communale qui était par ailleurs absente de la réunion de la CPSR du 25 mars dernier. "On ne peut que déplorer cette absence alors que la commune a le devoir de défendre la qualité de vie des habitants", a pour sa part souligné Manu Disabato.

"Si l’on peut comprendre que la commune ne peut pas tout faire, elle aurait dû être représentée lors de cette réunion, surtout lorsqu’un dossier comme celui-là est abordé. Ce que nous retenons, c’est que la Région wallonne est favorable à une diminution de la vitesse, de 70 km/h à 50 km/h. C’est une excellente chose, même si de manière générale, il faut pouvoir envisager une diminution de la vitesse moyenne dans tous les quartiers pour profiter d’une ville apaisée."

Une réponse à la problématique sera apportée ce lundi soir, au conseil communal, par l’échevin en charge de la mobilité, Didier Draux (PS). On sait cependant déjà que ce dernier expliquera la volonté n’a jamais été de bouder la réunion du 25 mars : la convocation n’est visiblement jamais arrivée à destination, c’est donc via la transmission du PV de la réunion que les autorités communales ont pris connaissance de sa tenue.

On sait également que la vitesse à 50 km/h ne résoudra pas tout puisque cette limitation est déjà d'application sur la section la plus accidentogène (soit dans le virage) et qu'en dehors de cette section, les excès de vitesse n'ont pas été objectivés par l'analyseur de trafic.