Borinage L’intercommunale n’est pas propriétaire de la totalité du site convoité.

Depuis déjà plusieurs semaines, la mobilisation se poursuit et s’intensifie même pour contrer le projet de l’entreprise Clarebout Potatoes, qui prévoit de s’étendre davantage à Frameries via la construction d’une unité de production de frites. Et chaque jour, un nouvel élément vient s’ajouter à un dossier déjà particulièrement complexe.

Ce lundi, Manu Disabato (Be Frameries) a une nouvelle fois interpellé le bourgmestre par rapport aux terrains convoités par l’entreprise. "Dans une décision prise en septembre dernier et dont j’ai pu prendre connaissance, il est indiqué que certaines parcelles du terrain n’appartiennent pas à l’intercommunale IDEA. Elles devront dès lors faire l’objet d’une procédure d’expropriation", explique le conseiller de l’opposition.

Dans un P.-V. du conseil d’administration de l’intercommunale dont nous avons pu prendre connaissance, il est effectivement fait mention de cet aspect en ces termes : "[…] d’informer le demandeur que l’IDEA n’est pas encore propriétaire de l’ensemble du bien mais qu’elle dispose d’un pouvoir d’expropriation sur celui-ci et se sera rendue propriétaire au moment de passer l’acte de vente".

Si c’est bien l’intercommunale qui dispose du droit d’expropriation, le conseiller espère que ces éléments seront de nature à contrecarrer les plans de l’entreprise. "Je ne suis certain de rien, je ne sais pas si cette nécessité d’expropriation peut être un argument pour la commune, pour les riverains. Mais c’est dans tous les cas un élément de plus à ajouter au dossier. Pour l’instant, nous collectons un maximum d’informations susceptibles de faire pencher la balance. Plus nous en aurons, mieux ce sera pour la suite. " Jean-Marc Dupont (PS) reste quant à lui prudent, annonçant qu’il avait transmis l’information à son conseil juridique.

Questionnée à ce propos hier, l’intercommunale n’a pas souhaité répondre. "Le sujet a été soulevé par un administrateur, le débat aura donc lieu lors du conseil d’administration de ce mercredi matin. Nous ne souhaitons pas lancer la discussion par presse interposée." De nombreux riverains devraient se rassembler devant le bâtiment ce matin, en préambule du C.A.