Hier soir à Frameries, un homme de 86 ans, Robert Romualdi, ouvre la porte de son domicile à un individu venu sonner à la porte et se fait asséner plusieurs coups de poing. Sans raison apparente, cet autre habitant de Frameries s'est rendu au domicile de la victime et l'a agressée avant même de lui adresser un mot. L'agresseur était apparemment en état d'alcoolémie au moment des faits.

"Il se trouvait au café de la Maison du peuple de Frameries à 2 minutes de chez mon grand-père où il a déjà menacé le personnel et les clients", explique Mathieu Blondeau, le petit-fils de la victime. "Il a fait des signes de menaces de mort, il était déjà éméché. De là, une dame qui travaille là, m’a dit qu’il avait pris la direction pour aller chez mon grand-père. Il est arrivé chez mon grand-père vers 20 heures, il a sonné à la porte. Mon grand-père reçoit souvent des amis ou des membres de la famille donc il a ouvert la porte en pensant que c’était de la famille ou des amis. Il a reçu plusieurs coups de poing et il est tombé par terre, sans aucune raison ou un mot de la part de cet homme".

Etonnement, l'individu s'avère être une connaissance de Robert Romualdi. Effectivement, l'auteur des coups de poing avait auparavant travaillé chez la fille de la victime. C'est comme cela que les deux hommes avaient fait connaissance. Voulant l'aider, Robert Romualdi avait rendu plusieurs services à son agresseur comme le conduire jusqu'à son lieu de travail ou lui avancer de l'argent. Les faits sont donc incompréhensibles pour Mathieu Blondeau mais l'agresseur ne semble pas être à son premier coup d'essai.

"Il n'y a aucune raison à cela. Mon grand-père n’a rien fait du tout, il était chez lui paisiblement", explique-t-il. "Dans la rue où il habite, il a déjà fait la même chose à une personne que je connais. Il a sonné à la porte, le mari qui est une personne handicapée, a répondu et a ramassé des coups aussi. J’ai eu aussi le témoignage d’un autre couple de personnes handicapées, dans même la rue, qui sont apparemment souvent embêtés par cette personne. Je pense qu’il est suivi par un psychologue et il y a plusieurs plaintes à son encontre".

De son côté, Robert Romualdi a également porté plainte. L'octogénaire s'étant rendu à l'hôpital pour faire constater et soigner ses blessures, celui-ci possède un certificat attestant des lésions occasionnées par les coups de poing. L'individu responsable de ces coups doit normalement être interpelé aujourd'hui et être entendu par la police. "La police Boraine a bien été appelée pour ces faits", atteste Siham Zannoun, chargée de communication pour la police Boraine. "Un procès-verbal pour coups et blessures volontaires a été rédigé".

© Mathieu Blondeau