En matière d’accessibilité, les administrations communales ont parfois encore fort à faire. À Frameries, un pas de plus vient d’être franchi grâce à l’installation récente d’un élévateur, destiné aux personnes dont la mobilité est réduite pour diverses raisons. Jusqu’ici, une passerelle de bois était installée à la demande par les services techniques. L’élévateur restera quant à lui installé de manière permanente, même si son utilisation sera contrôlée.

"C’est un coup d’accélérateur en faveur de l’accessibilité de nos bâtiments communaux", confirme Arnaud Malou (PS), échevin en charge des travaux. "Nous avons naturellement commencé par améliorer celle de l’hôtel de ville, bâtiment officiel, puisque de nombreuses réunions et cérémonies mariages y sont organisées." Au total, ce sont près de 33 000 euros qui ont été nécessaires à l’achat de cet élévateur.

© D.R.

Un coût justifié, selon l’échevin. "Certains diront peut-être que c’est une dépense trop importante mais il a vocation à rester de façon permanente, en façade, il fallait donc quelque chose qui ne dénature pas l’hôtel de ville." Concrètement, le dispositif ne restera pas fonctionnel en tout temps. "On souhaite éviter les abus, il sera donc mis en fonctionnement lorsque quelque chose est organisé à l’hôtel de ville. C’est un simple bouton à enclencher."

Cet investissement ne sera bien sûr pas le dernier consenti par les autorités locales. "On portera une attention toute particulière à l’accessibilité dans nos prochains chantiers. Ce sera par exemple le cas au niveau de la salle omnisport, lorsque les travaux de rénovation des vestiaires débuteront. Beaucoup disposent déjà d’aménagement mais on souhaite aller plus loin dans nos adaptations." L’administration est par exemple déjà équipée d’un ascenseur.

En matière d’accessibilité aux personnes à mobilité, les administrations belges ont encore un long chemin à parcourir, même si ces dernières années, d’importants efforts ont été fournis. En 2017, l’asbl Passe-Muraille avait dressé un triste constat : sur 13 administrations visitées, seules cinq dépassaient la note de cinq sur dix.