Voilà dix ans que les quatre sites miniers majeurs de Wallonie ont été reconnus comme patrimoine mondial de l'Unesco. Profitant de leur remarquable état de conservation, le Grand-Hornu, Bois-du-Luc, le Bois du Cazier et Blegny-Mine ont pu transformer les stigmates d'une activité industrielle autrefois florissante en de dynamiques pôles d'attraction touristique. Sur ces vestiges du siècle passé trônent aujourd'hui des terrils verdoyants. La Province du Hainaut n'hésite pas à les mettre en valeur pour attirer les curieux. Mais pas n'importe comment.

Il y a d'une part un enjeu économique indéniable, le tourisme représentant 10% du PIB mondial. Mais il y a aussi des enjeux environnementaux, le tourisme de masse présentant une réelle menace pour la biodiversité. Or, cette biodiversité est aujourd'hui une composante essentielle de nos terrils et la Province entend bien la préserver.

Avec ses partenaires français réunis au sein d'Interreg Va France-Wallonie-Vlaanderen, le Hainaut a donc mis sur pied il y a peu le projet "Destination Terrils" qui vise à promouvoir une forme de tourisme durable autour de nos collines artificielles.

"Destination Terrils" fait aussi l'objet d'un site Internet homonyme. On y trouve un agenda particulièrement chargé pour les semaines à venir. Entre randonnées didactiques, circuits vélo ou même promenades gourmandes, les terrils sont mis à l'honneur tout l'été pour marquer le dixième anniversaire de l'Unesco.