L’infrastructure devrait être démolie le 3 décembre prochain, soit trois mois plus tard qu’annoncé initialement.

C’est un dossier qui fait couler beaucoup d’encre, tant sa gestion semble hasardeuse. Le pont du Goulet, cette infrastructure fermée en "urgence" en février dernier sera démoli prochainement. Si la date du 3 décembre prochain est finalement avancée par le SPW Mobilité et Infrastructure pour la démolition effective du pont, un chantier visant à une phase préparatoire sera installé à partir de ce lundi 18 novembre. A noter qu’il était initialement prévu que cette démolition soit entreprise en septembre dernier. Un premier retard de trois mois est donc déjà à déplorer.

Pour rappel, le 28 juin dernier, la SOFICO a validé l’attribution du marché de démolition et de reconstruction du pont du Goulet à Hautrage. La reconstruction du pont prendra 240 jours ouvrables, dans une période comprise entre janvier 2020 et décembre 2021. Un chantier qui, lorsqu’il sera terminé, aura impacté un axe routier principal (la route de Wallonie, ndlr.) pendant près de trois ans. La fermeture en urgence et la précipitation du SPW avaient également soulevé de nombreuses questions quant au suivi de cette infrastructure, amenant même à des comparaisons avec l’effondrement du pont de Gênes.

Une situation qui embarrasse l’administration communale, mais pas uniquement. La fermeture de ce pont a entraîné des conséquences directes sur la vie des Saint-Ghislainois et autres usagers de la route empruntant quotidiennement cet axe. Le réseau secondaire est davantage submergé aux heures de pointe. On se souvient notamment de cet accident dramatique quelques jours après la fermeture du pont dans lequel un cycliste a perdu la vie, se faisant écraser par un poids lourd au rond-point de Tertre.

L’augmentation du charroi a également amené son lot de nuisances aux riverains impactés par les déviations. Et notamment les habitants de la rue Defuisseaux, toujours à Tertre, lesquels vivent un calvaire quotidien : fissures sur les murs dues aux vibrations du passage incessant des poids lourds, contraints d’emprunter cet itinéraire ; dangerosité des lieux, nuisances sonores, ect.

© Berlier

Les riverains de la rue du Petit Villerot ne sont pas en reste, puisque cette petite voirie, habituellement paisible est envahie de véhicules souhaitant raccourcir l’itinéraire. Enfin, c’est sans compter la longue file qui les attend au carrefour formé avec la N547… Et ce, malgré les dispositions prises pour faciliter la circulation à ce niveau. Les autorités espèrent que la fin des travaux sur l’autoroute E19 permettra de diminuer le trafic. Les Saint-Ghislainois, eux aussi, l’espèrent et aspirent à des jours plus tranquilles.