Comme chaque année, un conseil de police s’est tenu ce mardi soir à Dour. Le Chef de Corps de la police des Hauts-Pays, Patrice Degobert, a tiré le bilan du plan zonal de sécurité 2020-2025. Ce dernier met l’accent sur quatre priorités : une bonne police de base, la lutte contre la criminalité dérangeante, la sécurité routière mais aussi l’information et l’innovation. Avec la présence des quatre bourgmestres des communes, Patrice Degobert a présenté les chiffres de l’année dernière et les signaux sont au vert.

L’objectif de la réunion était d’évaluer l’état d’avancement du travail policier. Et malgré une année plutôt compliquée par la pandémie, les résultats sont très encourageants. "La zone de police a en effet réussi à maintenir une activité constante malgré les conditions de travail particulières, et les statistiques montrent un taux de criminalité à la baisse", explique le Chef de Corps. En tout, c’est plus de 9 000 heures de patrouilles spéciales covid qui ont été mobilisées dans la zone.

À l’instar de la zone de la police boraine, les faits de criminalité sont clairement en baisse sur les Hauts-Pays. Les chiffres chutent parfois de 50% comme les coups et blessures volontaires ou les dégradations dans les véhicules. Mais là où la diminution est la plus importante, c’est pour les vols qualifiés dans habitations. En 2019, 417 fais ont été constatés contre 103 en 2020. Un phénomène, qui rejoint le bilan de la plupart des zones de police wallonnes. Les personnes étant plus souvent présentes au sein de leur domicile, les voleurs ont été moins actifs.

Quant aux accident, le nombre global est lui aussi en baisse, sauf pour les accidents avec blessés. "Le phénomène est vraisemblablement lié à l’augmentation de la vitesse sur les routes durant les périodes de confinement ayant entraîné une densité de circulation moins élevée", déclare Patrice Degobert. Il est à noter que les vols de vélo sont eux aussi en augmentation sur le territoire des Hauts-Pays.

La zone de police a également agi à d’autres niveaux comme celui de la lutte contre la criminalité dérangeante, avec la rédaction d’un règlement général de police commun aux quatre communes de la zone.Des sanctions administratives ont également été mises en place en ce début d’année. "Un gros travail de prévention est également réalisé au niveau de la sécurité routière, notamment grâce à l’utilisation de matériel de contrôle de vitesse", ajoute Patrice Degobert. "Épinglons également une utilisation exponentielle des ANPR fixes et mobiles, permettant non seulement de détecter des infractions de roulage mais également de récolter des données utilises pour le judiciaire." Le parquet a d’ailleurs saluté la diminution sensible des délais de transmission des PV.

C’est donc sereinement que la zone de police des Hauts-Pays entame cette deuxième année de mise en place du plan zonal de sécurité.