Une réunion interne a eu lieu ce vendredi en fin de matinée au sein de la zone de police des Hauts-Pays. L’objectif étant de faire le point sur la situation des effectifs pour éventuellement prendre certaines mesures. Il s’avère en effet que la zone de police qui couvre Dour, Quiévrain, Hensies et Honnelles est impactée par le coronavirus.

Le chef de corps ainsi qu’un autre commissaire ont été testés positifs en milieu de semaine. Face à ce constat, un tracing interne a été réalisé et sept personnes ont subi un dépistage préventif et ont été placées en télétravail. Elles sont actuellement en attente de leurs résultats. Six autres membres du personnel se trouvaient déjà en quarantaine et tous testés négativement.

En outre, des rumeurs circulant en interne font état d’un manque de prudence lors de réunions, notamment en présence du chef de corps. "Malheureusement, c’est difficile d’empêcher le virus d’entrer dans nos services", commente le chef de corps Patrice Degobert. "Force est de constater qu’une deuxième vague est là et que le même phénomène se produit un peu partout dans les autres administrations."

Le chef de corps tient à préciser que tous les processus restent opérationnels grâce au télétravail et aux outils technologiques modernes dont la zone est équipée. Les commissariats de quartier restent également accessibles au public moyennant les mesures de prudence mises en place, telles que le port du masque ou la prise de rendez-vous pour les dépôts de plaintes.