Borinage

Les données supprimées sont en cours de récupération.

Mauvaise surprise et grosse frayeur pour l’hôpital EpiCURA ! Ce lundi, via l’accès à distance du fournisseur de logiciel comptable, le centre hospitalier a été victime d’une intrusion informatique dans sa comptabilité. Le pirate qui est parvenu à s’introduire dans le système a détruit des fichiers de données comptables et des back-up.

L’hôpital se veut cependant rassurant : les patients ne sont en aucun cas concernés par cet incident et aucune intrusion n’a eu lieu dans les autres logiciels ou fichiers. "Hormis quelques jours de retard dans l’approbation des factures et le paiement de nos fournisseurs, l’activité d’EpiCURA n’est pas impactée", précise Delphine Cauchies, responsable de la communication.

Depuis lundi, le travail se poursuit pour tenter d’inverser la tendance. "Le travail de récupération des données est en cours grâce à l’aide d’experts internes et externes. Ils travaillent sans relâche à la reconstitution des bases de données." Une très importante partie de ces données devrait pouvoir être récupérée, selon les premiers constats.

"La sécurité des données est évidemment une priorité dans un hôpital, nous y travaillons au quotidien", précise encore Delphine Cauchies. "Mais aucun système n’est parfait, malheureusement. Nous insistons sur le fait qu’aucune donnée sensible, liée aux patients ou au personnel n’est concernée."

Cette mésaventure poussera EpiCURA à renforcer encore davantage sa sécurité informatique. "Nous travaillions déjà à un renforcement de notre sécurité mais évidemment, les choses vont s’accélérer. Les décisions qui avaient été prises seront d’application plus rapidement que prévu." Notons qu’une plainte a été déposée auprès de la zone de police boraine et qu’une enquête a été ouverte pour identifier l’auteur de cet acte malveillant.

Un acte qui n’est pas sans rappeler le cas de la commune de Colfontaine. C’est là un virus qui s’était introduit dans les serveurs de l’administration communale et qui avait touché certains services communaux. Là aussi, une tentative de récupération des données avait été entreprise et une plainte déposée auprès de la police.