Le travail a été interrompu entre 10 heures et midi.

La semaine aura débuté par une action de visibilité pour le personnel du Musée des Arts Contemporains (MAC's) d'Hornu. Ce lundi matin en effet, les travailleurs ont cessé le travail entre 10 heures et midi afin d'attirer l'attention des élus locaux sur les importantes difficultés financières rencontrées par la structure culturelle.

Pour rappel, quatre licenciements ont été officialisés il y a environ un mois. “ Insuffisant pour pérenniser l'institution à long terme ”, estime-t-on tant du côté de la direction que des syndicats SETca et CNE. “ Nous avons longuement discuté avec la direction avant de mener notre action et avons chiffré la situation : il faudrait quelque 300.000 euros de refinancement auprès de la Fédération Wallonies-Bruxelles pour sortir un peu la tête de l'eau ”, explique Patrick Salvi, secrétaire régional SETca.

Sans un important refinancement, le MAC's pourrait mettre la clé sous la porte dans les trois prochaines années. “ La discussion devra être ouverte après les élections. Nous espérons qu'une véritable dynamique se créera autour de la problématique et que tous les partis porteront le dossier, peu importe la couleur politique, qu'ils soient ou non dans un gouvernement. ” Une dynamique qui n'est pas sans rappeler celle mise sur pied dans le dossier Kéramis à La Louvière, également en difficulté.

“ Nous sommes conscients, et la direction aussi, que certaines choses sont à mettre en place, notamment pour booster la fréquentation du musée. Mais les 70 000 visiteurs sur lesquels la Fédération mise nous semblent être une fréquentation surfaite. Nous en sommes aujourd'hui à environ 35.000. Doubler la fréquentation nous semble utopique, même si des efforts sont et seront faits”, poursuit Patrick Salvi.

Plusieurs élus de la région étaient présents. “ Ils n'avaient même pas eu vent des difficultés financières rencontrées par la structure et ont, comme les syndicats, étaient mis devant le fait accompli par rapport aux licenciements. Ils sont donc venus prendre connaissance du dossier. Nous espérons avoir leur soutien dans les semaines et les mois à venir. ” Suite au prochain épisode, sous une nouvelle législature donc...