Rien n'est encore fait mais déjà, de nombreux motards décrient la mesure.

La nouvelle a fait l’effet d’une bombe au sein de la communauté des motards. Dès 2022 et afin d’harmoniser le contrôle technique sur le plan européen, ceux-ci pourraient être contraints de présenter leur bolide pour une inspection en règle. Jusqu’ici, en Belgique, les deux roues étaient dispensées de ce contrôle. Les choses pourraient changer, ce qui ne ravit pas les principaux intéressés. Sur la toile, certains ont même déjà évoqué l'organisation d'une manifestation.

Inutile cependant de lever les bras au ciel dans l’immédiat. La Belgique pourrait exclure cette possibilité si elle met en place d’autres mesures destinées à assurer la sécurité routière. "Je comprends l'émoi mais il est encore trop tôt pour réagir, la Belgique ne s’est pas encore prononcée", insiste Bertrand Caroy, responsable du service circulation routière pour la zone de police boraine et également motard. "De plus, il faudrait attendre de voir de quelle manière tout cela serait mis en pratique."

Quels sont les aspects qui seront vérifiés, par qui et à quelle fréquence ? Ces éléments ne sont pas encore définis. "Vérifier les freins, les suspensions, les phares, les pneus, c’est une bonne chose. Mais c’est quelque chose que les motards font déjà. De manière générale, ce sont des usagers extrêmement consciencieux, ils assurent leur propre sécurité. Ils prennent soin de leur véhicule, l’entretiennent régulièrement, plus encore au retour des beaux jours."

L’inspecteur se dit donc sceptique quant à la mesure… Du moins par rapport aux motards. "Ce serait en revanche une excellente chose pour les cyclomoteurs et les quadricycles légers (les voitures dites sans permis, NdlR) car sur la route, on retrouve de véritables épaves. Alors que de toute ma carrière, je n’ai jamais arrêté une moto dans un état lamentable, c’est fréquent pour les cyclos et les quadricycles. Il n’est pas rare de constater que les freins sont totalement dysfonctionnels."

Bref, la patience est de mise. La Région wallonne devra trancher et cadrer la mesure. Une mesure qui vise à diminuer le nombre d’accident de la circulation impliquant des motards: en 2018, 87 motocyclistes avaient perdu la vie et 518 avaient été grièvement blessés. On considère qu'un défaut technique a pu jouer un rôle dans 0,3% à 5% des accidents. On ignore par contre combien d'accidents ont notamment été causés par l'état déplorable de certaines voiries.