Contractuellement, la société Lock'O n'autorise pas le stockage de matériaux en vrac.

Ce dimanche matin, les habitants d’une cinquantaine d’habitations des rues de Lambrechies et de La Libération étaient confinés en raison d’un incendie qui s’était déclaré sur l’ancien site de Doosan, qui accueillie désormais deux sociétés : Lock’O, spécialisée dans la location d’espaces de stockage, et le centre de football indoor Circus Arena. C’est au sein d’un hangar de la première que le brasier s’était déclenché.

D’importants moyens humains et matériels avaient été déployés afin de maitriser l’incendie. Ce lundi matin, les pompiers de Mons sont brièvement retournés sur place alors que des fumées se dégageaient encore. De son côté, le CEO de Lock’O refait le point. "Les pompiers ont extrêmement bien fait leur travail. Il faut désormais poursuivre le déblaiement afin d’éviter une éventuelle reprise de feu", explique Frédérik Nenadic.

À ce stade, les causes de l’incendie restent à déterminer. Mais les matériaux entreposés dans ce hangar, situé en arrière de site, pourraient avaient pris feu par auto-combustion. "Il s’agissait de matériaux stockés en vrac, des morceaux de voiture finement broyés. Ce sont des matériaux qui n’auraient pas dû être stockés chez nous car ce n’est pas contractuellement autorisé par Lock’O. Nous avions déjà signalé cela aux locataires, le nécessaire était fait de notre côté."

Chiffrer le préjudice subi est impossible à l’heure actuelle. "C’est prématuré", confirme le CEO. "Des experts sont attendus ce lundi, nous y verrons peut-être un peu plus clair. La structure est relativement en ordre, même si une partie du bardage et de la toiture ont subis d’importantes dégradations." Il faut écrire que par endroits, les températures ont atteint les 500 degrés. Notons encore que ce hangar est le seul à avoir été touché. Il n’y a donc aucune conséquence pour les autres locataires du site.