Les faits sont dramatiques et ne sont peut-être pas le fruit d’un funeste destin. Ce mercredi en milieu d’après-midi, un incendie se déclarait dans une habitation du quartier de l’Alliance, à Boussu-Bois. Malgré l’intervention rapide des services de secours, une fois le brasier maîtrisé, le corps sans vie de Béatrice Bombled, 51 ans, était retrouvé parmi les décombres.

Dans un premier temps, la thèse accidentelle avait été privilégiée. Mais rapidement, certains éléments ont semé le doute. Ce jeudi, le parquet de Mons confirmait que l’examen réalisé par un médecin légiste sur la victime ne permettait pas d’exclure l’intervention d’un tiers. En effet, “des lésions profondes” au niveau de la tête ont été découvertes.

Craignant qu’il ne s’agisse d’un crime déguisé, le parquet a pris la décision de mettre le dossier à l’instruction. Une descente des autorités judiciaires était attendue ce jeudi après-midi mais à ce stade, aucune information complémentaire n’a été apportée. Il n’existe pour l’heure aucun suspect.

Mercredi soir, rien ne laissait présager une éventuelle intervention volontaire : les premiers éléments de l’enquête avaient orienté les services de police vers l’hypothèse d’un incendie accidentel. Un incendie que la victime avait peut-être elle-même provoqué en s’endormant dans son fauteuil après avoir allumé une cigarette.

Plusieurs foyers avaient été constatés par les pompiers mais la possibilité que la victime se soit réveillée et ait tenté de prendre la fuite en empruntant les escaliers afin de regagner le rez-de-chaussée avait été jugée plausible. La victime ayant chuté dans les escaliers, le feu s’était propagé au linge stocké dans la buanderie, propageant ce dernier au hall d’entrée et au garage.

Un voisin, armé d’un extincteur, avait tenté d’intervenir mais avait été contraint de rebrousser chemin face aux flammes. Béatrice Bombled laisse derrière elle une fille et un quartier véritablement sous le choc. Visiblement avenante, la quinquagénaire échangeait volontiers avec ses voisins. “Elle parlait volontiers, même si ces derniers temps, il me semblait qu’elle n’allait pas très bien”, nous explique un témoin.

Aux proies à des problèmes de santé, la victime devait-elle en plus faire face à des différends ? Toujours selon notre témoin, sa voiture avait été incendiée il y a quelques semaines. L’enquête devra désormais établir ou non la piste criminelle.