Borinage

La zone de police boraine lance un appel à la prudence.

Internet, sa richesse mais aussi ses dangers… Ce vendredi, la zone de police boraine lançait un appel à la vigilance alors qu’un nouveau challenge semble circuler sur les réseaux sociaux. Dans le même esprit que le “blue whale challenge” qui s’était répandu dans la région en 2017, le “défi des 72 heures” constitue un véritable danger, plus particulièrement encore pour les adolescents et les personnes en souffrance.

Les consignes sont simples mais les conséquences potentiellement désastreuses. Il s’agit de fuguer et de cesser de s’alimenter et de boire pendant 72 heures. Cette semaine, trois cas ont déjà été portés à la connaissance de la zone de police. “Sans vouloir être alarmistes, il nous semble important de sensibiliser la population à ce propos”, déclare-t-on du côté de la zone. Pour préserver leur vie privée et ne pas les exposer davantage, la police n’a pas communiqué plus d’informations quant à l’identité des trois jeunes fugueurs.

Toujours est-il que personne n’est à l’abri. Les parents sont évidemment invités à redoubler d’attention. Par effet de groupe, par mimétisme, par besoin d’appartenance ou tout simplement par défi, certains jeunes pourraient décider de franchir le pas. En 2017, le “blue whale challenge” s’était massivement propagé sur la toile à destination des adolescents. Sur un principe de parrainage, une série de défis était lancée.

De plus en plus dangereux, ils étaient dévoilés au participant jour par jour… Jusqu’au 50e, qui incitait ce dernier à se suicider. Le jeu des 72 heures aurait quant à lui déjà fait des victimes en 2015. S’il paraît de prime abord moins radical, il n’en est pas pour autant moins dangereux.