Depuis ce mercredi et plus encore depuis ce jeudi matin, les yeux sont rivés vers le ciel et tournés vers les sinistrés des provinces de Liège, de Namur, du Luxembourg et du Limbourg. En début d’après-midi, les intempéries frappaient également les provinces du Brabant wallon et, dans une certaine mesure, du Hainaut. Chez nous, les pompiers des postes de secours de la zone Hainaut-Centre sont eux aussi fortement sollicités.

À ce stade, les interventions sont principalement concentrées sur l’entité de Givry (commune de Quévy), où les autorités locales sont sur le pont. Elles ont d'ailleurs déclenché le plan communal d'urgence. Le personnel communal est mobilisé et des ouvriers, logiquement en congé, ont été rappelés afin de venir en aide aux habitants qui en auraient besoin. "Nous surveillons avec attention, nous sommes en contact permanent avec la régie communale qui coordonne les demandes, et notamment les demandes de sacs de sable", explique Muriel Cochez (MR+), échevine en charge des travaux. " Des sacs de sable ont été préparés en très grande quantité, mais la commune est parfois sollicitée pour obtenir des sacs à des endroits où la situation n'est pas vraiment critique. Merci de faire preuve de solidarité envers les personnes réellement touchées"

"Le point bas du village de Givry est inondé, la police ferme des voiries." C'est le cas au niveau de la chaussée Brunehaut à hauteur d'Aulchin car de l'eau s'écoule par torrents depuis un champ qui borde la chaussée. "Nous sommes sur le terrain, prêts à intervenir même si nous espérons que la situation restera globalement sous contrôle." À l’heure d’écrire ces lignes, les coulées de boue s’approchaient dangereusement des habitations. Malheureusement habitués à y être confrontés lors d’épisodes orageux et pluvieux, la plupart des habitants ont misé sur la prévention en protégeant leurs habitations grâce aux sacs de sable.

Difficile cependant de dire si ces mesures suffiront à faire barrage à des pluies qui se veulent incessantes. Du côté de Mons également, le nombre de demande d’interventions grimpe, principalement pour des caves inondées et des routes barrées. La prudence reste clairement de mise, il est demandé aux citoyens d’éviter de se déplacer, les routes devenant extrêmement dangereuses et les risques d’aquaplanage étant conséquents.