Le sort s’acharne sur Battiste Mastrogiovanni et son équipe. Le jeune entrepreneur, déjà patron de l’établissement framerisois Le Grillardin, a en effet ouvert Il Galateo il y a quelques jours seulement le long de la route d’Ath, à Jurbise. Vendredi, comme ses confrères, il prenait connaissance des décisions du gouvernement fédéral et n’avait d’autres choix que de préparer la fermeture de son nouveau restaurant.

« C’est évidemment très compliqué », explique Battiste Mastrogiovanni. "J’ai vécu plus ou moins la même situation en mars dernier mais j’avais finalement profité de cette période particulière pour entreprendre les travaux de la pizzeria tout en continuant à travailler. J’étais encore dans l’euphorie de l’inauguration, organisée jeudi, lorsque la nouvelle est tombée."

Autant écrire qu’il s’agit d’un coup dur pour le restaurateur. "J’enchaine les réunions avec mon personnel, tant à Frameries qu’à Jurbise. Nous allons mettre en place un service take away. Je vais donc tenter de maintenir certains membres à leurs postes mais ce ne sera pas possible pour tout le monde… Ce sont des projets de vie qui partent en fumée. Ce n’est pas pour tenter de survivre tant bien que mal que l’on a choisi ce métier mais bien par passion."

Battiste Mastrogiovanni le sait : les prochains mois seront extrêmement difficiles. "Je ne m’attends pas à voir le bout du tunnel avant au moins un an. Je suis quelqu’un de très positif, j’essaie de trouver des solutions. Je sais qu’il va falloir travailler bien plus et plus dur pour simplement réussir à garder la tête hors de l’eau. Mais la situation reste difficile à accepter. Les aides qui nous sont proposées restent insuffisantes pour couvrir tous nos frais !"

Entre le paiement du personnel, les coûts liés à l’entretien des bâtiments et le paiement des marchandises, toujours nécessaires puisque le restaurateur proposera un service à emporter, les chiffres grimpent. "Pendant au minimum un mois, on coupe le robinet et on nous jette quelques miettes pour éviter une révolte. Si cette nouvelle fermeture n’est effective qu’un mois, on pourra s’en sortir. Mais ce ne sera pas le cas de tous. Certains sont déjà à terre."

Reste donc à espérer que les clients répondront à l’appel en soutenant leurs restaurateurs via un service à emporter ou de livraison et que la situation évoluera favorablement pour une réouverture rapide des établissements.