Les écoles d'Herchies et d'Erbisoeul ont été retenues dans le cadre de l'appel à projets Écoles Numériques.

Au début de cette année 2020, trois écoles de l’entité de Jurbise répondaient à l’appel à projets École Numérique initié par les gouvernements wallon, de la fédération Wallonie-Bruxelles et de la communauté germanophone. Au total, ce ne sont pas moins de 955 dossiers qui avaient été introduits en mars dernier et 700 d’entre eux qui étaient retenus. Parmi eux, les candidatures des écoles d’Erbisoeul et d’Herchies.

"Les équipes pédagogiques ont fait un travail formidable, elles ont redoublé d’efforts pour préparer leurs dossiers. Ils ont finalement payé, c’est donc une très belle récompense", souligne Stéphanie Hotton, échevine en charge de l’enseignement. À ce stade, impossible d’évoquer une éventuelle mise en œuvre de ces projets, d’autant plus que la crise covid-19 n’est pas encore derrière nous.

"Les équipes seront accompagnées dans leurs démarches par la Région wallonne, elles ne seront pas livrées à elles-mêmes. Les projets ont été présentés sur papier mais il faudra encore définir toutes les balises et penser à leur concrétisation." Du côté d’Herchies, les équipes ont planché sur un projet multimédia intergénérationnel. "Nous sommes persuadés que les échanges autour du numérique entre enfants et ainés peuvent être très enrichissants pour tous."

Ces échanges resteront à organiser une fois la crise terminée. Du côté de l’école d’Erbisoeul, l’équipe souhaite mettre en place une plateforme via laquelle chacun pourra partager ses idées, poser des concepts,… Les échanges entre enfants et enseignements seront favorisés et les apprentissages pourront être maintenus, même si un enfant est par exemple souffrant. "Ce sont de beaux projets mais ce qui est vraiment positif, c’est que leur concrétisation sera réfléchie et guidée par des professionnels."

Pas question en effet de simplement donner des moyens aux écoles candidates et de leur laisser la mise en œuvre sur le dos. "Les premières réunions seront déjà organisées très prochainement. Les enseignants avaient pu lister le matériel correspondant à leurs besoins mais le projet ne s’arrête pas à cela." Et si certains enseignants se montraient frileux à l’idée d’inviter la numérisation en classe, la crise sanitaire et la nécessité d’organiser des enseignements à distance auront inévitablement inversé la tendance.