C’est le cœur extrêmement lourd que les bénévoles du Clos de l’Olivier ont pris la décision de lancer un appel à l’aide. Le centre de revalidation pour espèces vivant à l’état sauvage situé à Jurbise est en effet en difficulté et a besoin du soutien de la population, invitée à se manifester par des dons financiers, alimentaires et matériels. L’année 2021 a été particulièrement lourde pour les équipes et les animaux accueillis en ce moment au centre sont très nombreux.

"Nous avons pris en charge énormément de rapaces faibles et déshydratés", souffle Daniel Marlier-Imhoff, président du refuge. "Les conditions météorologiques, très pluvieuse, ont eu pour conséquence de rarifier leur nourriture. Nous avons également récupéré énormément de hérissons victimes du trafic routier, des robots-tondeuses et débroussailleuses mais également touchés par une maladie dont on ignore encore beaucoup de choses."

Tout juste sait-on qu’elle n’est pas contagieuse pour l’Homme. "On a pu en sauver, on en a perdu d’autres. Ils sont actuellement 400 chez nous et la période des naissances a été retardée. Conclusion, nous avons des hérissons qui pèsent 50 ou 60 grammes. Certains ne passeront pas l’hiver, d’autres sont actuellement nourris à la seringue par nos bénévoles et resteront au refuge tout l'hiver car leur poids est trop faible. Nos besoins en alimentation, en matériel médical sont de ce fait très importants. Nous tirons sur la corde en ce moment."

Une situation financière compliquée donc, et empirée par les manquements de la Région wallonne, auprès de qui le centre est pourtant agréé. "Nous avons eu confirmation qu’un subside était prévu mais nous ne l’avons toujours pas récupéré. Et lorsque je suis allé aux nouvelles, on m’a annoncé que les budgets étaient écoulés. Je ne peux donc pas compter dessus car je ne suis absolument pas certain de le recevoir."

Ce n’est pas la première fois que le centre doit s’adapter. "Mais la situation est exceptionnelle compte tenu du nombre d’animaux actuellement pris en charge. Nous avons dû nous résoudre à lancer cette campagne de soutien auprès des citoyens. Nous tentons de rester optimistes mais la situation est préoccupante. Nous ne voulons pas mettre la clé sous la porte, nous avons encore des projets afin d’améliorer les soins de la faune sauvage."

Le centre est ouvert depuis 1998 et est le plus important de la région. Sa zone de couverture s’étend de la de Mons et du Borinage bien sûr à la frontière française et laFrance en passant par Charleroi ou encore Couvin. "Nous ne fonctionnons qu’avec des bénévoles, aucun de nous n’est rémunéré, pas même moi. Nous ne travaillons que par bon cœur." Le temps presse donc, et le soutien de la population pour maintenir le centre ouvert est désormais indispensable.

Comment aider ?

Un virement bancaire avec la mention "don" peut être effectué sur le compte de l’asbl : BE17 1030 2051 0821. Une dérogation fiscale peut-être accordé si le montant dépasse les 40 euros.

Des dons de nourriture sont également les bienvenus. Il peut s’agir de graines de poules entières ou concassées, de pâté pour insectivores ou encore de vers de farine déshydratés. Au niveau du matériel médical, les bénévoles ont besoin de matériel jetable comme des seringues, des aiguilles et des désinfectants. Le centre reste disponible au 0475/67.55.37 pour plus de précisions.

Plusieurs magasins ont également accepté d’aider le centre. Il s’agit du Delbard situé chaussée de Mons 157 à Ath et du Tom&Co situé rue des Viaducs 283 à Mons.