Borinage

Les instances seront notamment renouvelées.

Jeudi matin, le personnel de l’ALE (agence locale pour l’emploi) de Jurbise décidait de partir en grève à l’issue d’une assemblée générale pour le moins tendue. Aujourd’hui, le groupe de l’opposition à Jurbise, Alternative Citoyenne, plaide pour une reprise de la concertation sociale mais surtout pour un renouvellement des instances. Ce qui devrait être fait ce mardi en séance du conseil communal.

« La reprise du mouvement de grève par les travailleurs est le fruit de difficultés de gestion déjà anciennes, qui avaient incité les élus PS, aujourd’hui membres d’Alternative Citoyenne, à manifester leur inquiétude et interpeller la majorité au conseil communal à plusieurs reprises », rappelle Joël Delhaye, chef de file de l’opposition. La majorité (Liste de la Bourgmestre) dispose en effet de six représentants à l’assemblée générale de l’ALE pour un membre d’AC.

Apaiser les tensions en installant un nouveau comité de gestion semble primordial. « Le renouvellement était prévu mais il faut qu’il se fasse le plus rapidement possible car il y a un problème de management. Les choses doivent être remises à plat. Derrière, il y a des personnes, des travailleurs. Il faut donc gérer la situation dans l’immédiat mais aussi trouver comment gérer la structure et surtout, la rendre pérenne. »

L’ALE connait en effet des difficultés financières plus ou moins importantes. Un audit est d’ailleurs en cours. « De notre côté, nous estimons que cet audit ne doit pas rester interne et qu’il ne doit pas être uniquement financier : il doit être élargi au volet gestion des ressources humaines. Nous préconisons qu’il soit confié à une société extérieure, indépendante. Les conclusions de cet audit pourront être appliquées dans un objectif commun, souhaité par chacun, à savoir la sauvegarde de l’asbl. »

Par ailleurs, Alternative Citoyenne insiste sur la nécessité de rester prudent et de respecter les statuts de l’asbl. « Il faut aussi rappeler qu’une menace de prélèvement du fédéral sur les réserves financières des ALE plane et que le dossier est en justice. Mais le personnel ne doit pas faire les frais de ces difficultés. » Le débat autour de la situation de l’agence sera poursuivi mardi soir au conseil communal. D’ici là, toutes les parties espèrent qu’une solution sera dégagée pour apaiser les tensions.