Borinage

L'identité des participants sera par ailleurs vérifiée par la police.

En février dernier, la conférence que devait tenir Theo Francken à Verviers pour la présentation de son livre "Continent sans frontière" avait été annulée suite à la présence de manifestants et à des échauffourées. Au surlendemain de ces incidents, la bourgmestre de Jurbise et ex-ministre Jacqueline Galant annonçait son intention d’inviter l’élu N-VA dans sa commune.

Aujourd’hui, la bourgmestre organise discrètement sa venue et prend la température du côté de ses concitoyens. Sur les réseaux sociaux notamment, elle annonce que l’accès au débat ne se fera que sur invitation et que l’identité des participants inscrits sera vérifiée par la police. "En attente du rapport des services de police, il ne nous est pas possible d’annoncer ni la période exacte de l’organisation, ni sa localisation", précise-t-elle.

Cette dernière espère cependant avoir une idée du nombre de participants et pouvoir organiser la venue de Theo Francken tout en "évitant que des ennemis de la démocratie et de la liberté de pensée ne tentent de faire obstacle, par des moyens illégaux, à l’événement." La bourgmestre se veut claire : tant que les risques potentiels n’ont pu être évalués, aucune communication supplémentaire ne sera faite.

Vendredi cependant, le député Éric Thiébaut annonçait que la date du 7 mai avait été retenue par Theo Francken et que, ce même soir, une conférence sur le populisme serait organisée. "Je ne pense pas qu’empêcher Théo Francken de parler est la meilleure façon de s’opposer à ses idées", expliquait Eric Thiébaut. "Je trouve que les incidents de Verviers n’auraient pas dû se produire. C’est pourquoi je tiendrai une conférence sur le populisme le même jour, à Jurbise également. Ainsi, ceux qui ne partagent pas les idées de Théo Francken pourront entendre un autre message."

Si la venue de Theo Francken à Jurbise n'est pas un secret bien gardé, elle semble en tout cas nécessiter quelques mesures particulières.