Borinage

La concertation sociale est compromise.

La concertation semblait pouvoir reprendre au sein de l’ALE (agence locale pour l'emploi) de Jurbise. Mais il n’en est finalement rien. Ce jeudi matin, à l’issue d’une assemblée générale, le personnel s’est mis en grève. Si les discussions ne peuvent se poursuivre dans un climat serein et si aucune solution n’est dégagée, les travailleurs ne reprendront pas le travail.

« Cette assemblée générale avait pour but de rassurer le personnel, d’annoncer l’annulation des décisions annoncées la semaine dernière, à savoir la suppression des chèques-repas ou de la prime de présentéisme, et de débuter la discussion et l’élaboration d’une procédure de récupération concernant les frais de déplacement », annonce la FGTB Mons-Borinage.

Des frais de déplacement qui, pour rappel, n’avaient pas été remboursés durant plusieurs années, ce qui avait conduit au dépôt d’un préavis de grève. « Suite à des contacts pris entre la bourgmestre et la FGTB, le dialogue social avait pu redémarrer. Nous avions suspendu notre préavis de grève. Mais malheureusement, force est de constater que l’assemblée générale ne s’est pas déroulée comme prévu. »

© DR

Selon le syndicat, les membres du comité de gestion ont maintenu les décisions annoncées la semaine dernière et « en sont même arrivés à vouloir chasser les travailleuses présentes dans le local où avait lieu l’assemblée générale. » Pour la FGTB, ce comportement « est outrancier » et démontre un manque de respect voire du mépris à l’égard du personnel. « Le travail ne reprendra que si le comité de gestion de l’ALE revient à de meilleures intentions », annonce encore le syndicat.

Pour rappel, vendredi dernier, la bourgmestre de Jurbise, Jacqueline Galant, était intervenue pour appeler au calme et à la concertation. Elle avait par ailleurs assuré que les mesures annoncées ne seraient pas mises en œuvre. Pour la FGTB, « il est à constater que la communication entre la bourgmestre et les membres du comité de gestion ne fonctionne pas. » De son côté, la bourgmestre, présente ce jeudi matin, annonce qu'un calendrier de concertation a pu être établi. 

"La première étape sera de convoquer les différents administrateurs de l'ALE. Je leur réserve la primeur quant à l'annonce des décisions qui seront prises au sein des instances officielles", annonce Jacqueline Galant. "Je regrette la situation parce que je pense qu'il s'agit surtout d'un problème de dialogue."