La démarche est participative, les citoyens sont donc invités à prendre la parole.

À l’instar de Quaregnon, la commune de Jurbise a elle aussi décidé de sonder les citoyens et d’ainsi recueillir leurs avis et suggestions en matière de propreté publique. Via une enquête, disponible sur le site de l’administration communale, ceux-ci sont invités à répondre à quelques questions : la commune est-elle propre, quels sont les types de déchets à traiter en priorité, quels sont les endroits les plus problématiques, comment peut-on améliorer la situation ?

Autant de questions qui doivent permettre aux autorités d’y voir plus clair et de mettre sur pied un plan d’actions. "En 2019, nous avions répondu à l’appel à projets lancé par le ministre de l’environnement, appuyé par l’asbl BeWaPP, pour l’élaboration d’un plan local de propreté", rappelle la bourgmestre, Jacqueline Galant (LB). "Ce PLP ne peut cependant être le fruit que d’une démarche collective visant à améliorer la propreté publique sur le territoire communal."

Pour la bourgmestre, il faut donc prendre le taureau par les cornes. "La propreté, c’est l’affaire de tous. Nous menons déjà beaucoup d’actions, nous avons des ouvriers qui sillonnent les rues de Jurbise quotidiennement. Mais nous souhaitons aller plus loin et pour ce faire, nous avons besoin de l’implication d’un maximum de riverains." Des réunions préparatoires ont déjà eu lieu, regroupant la les services communaux, la police, l’asbl Espace Environnement et le bureau d’études RDC Environnement et, début février, une réunion citoyenne sera organisée.

"Aujourd’hui, nous en sommes toujours à un stade de diagnostic. La commune est relativement propre mais il reste des points noirs. Citons les alentours des bulles à verre ou les lieux plus isolés, les cimetières notamment. Nous voulons identifier ces lieux et y travailler. Nous constatons aussi une vraie problématique liée aux canettes. Nous miserons notamment sur la sensibilisation, les gens doivent prendre conscience qu’il faut respecter la nature mais aussi qu’il est plus agréable de vivre dans un environnement propre."

À l’issue de l’analyse des résultats de l’enquête et de la rencontre citoyenne, un plan d’actions sera mis en œuvre. Pour, la commune l’espère, un cadre de vie plus agréable.