L’adage est connu : la propreté, c’est l’affaire de tous. C’est en ce sens que la commune de Jurbise avait soumis sa candidature auprès de la Région Wallonne pour la mise en œuvre d’un Plan Local de Propreté (PLP). Ce mardi, les autorités locales étaient informées que cette candidature avait été approuvée.

"Nos efforts ont payé ! Depuis de nombreuses années, nous nous investissons pour préserver notre beau cadre de vie", souligne la bourgmestre, Jacqueline Galant (Liste de la bourgmestre). "Ces dernières semaines, de bonnes nouvelles nous sont parvenues : après l’installation d’une caméra de surveillance destinée à la protection de l’environnement, ce PLP représente une autre avancée majeure pour Jurbise en la matière."

Concrètement, plusieurs actions seront mises en œuvre d’ici 2022. Toutes auront pour objectif d’inclure le citoyen dans les réflexions afin d’améliorer la propreté au sein de l’entité, de créer une campagne de sensibilisation « Jurbise plus propre », d’installer des panneaux de sensibilisation aux endroits sensibles de l’entité et, enfin, d’aménager de nouvelles poubelles de propreté canine. "Jurbise est souvent mise en exergue pour sa propreté, je voulais également souligner le beau travail de nos ouvriers communaux et du service propreté", ajoute encore la bourgmestre.

Au total, une soixantaine de communes ont été retenues au terme de l’appel à projets lancé par la Wallonie, appuyée par l’asbl BeWaPP. Le Plan local de propreté doit s’appuyer sur un état des lieux quantitatif et qualitatif, et combiner plusieurs actions : sensibilisation, nettoyage, répression, amélioration des infrastructures de propreté et meilleure gestion de l’espace public. Pour réussir et produire les résultats espérés, l’élaboration d’un Plan Local de Propreté doit nécessairement être le fruit d’une démarche collective impliquant toutes les parties prenantes concernées par la problématique (services communaux, écoles, associations, commerces et citoyens).