Chaque jour pendant la durée du confinement, un artiste de la région se produira sur le web.

Le confinement se poursuit et ne sera vraisemblablement pas levé de sitôt. Les initiatives se multiplient donc pour permettre à chacun de maintenir le lien social. Des e-péro (comprenez prendre l’apéro par écrans interposés), des séances de sport virtuelles ou encore des concerts d’artistes se sont ainsi naturellement développés sur la toile.

Du côté de Jurbise, la bourgmestre Jacqueline Galant a souhaité suivre cette mouvance et organiser un festival virtuel. Ce dernier sera lancé sur la plateforme de solidarité qu’elle a créé, Jurbise-Solidaire. "Concrètement, dès la semaine prochaine, un artiste de la région se produira durant 30 à 45 minutes chaque jour, à heure fixe, jusqu’à la fin du confinement", explique-t-elle.

"J’ai été touchée par la solidarité qui règne durant la crise que nous vivons. Les initiatives sont tellement nombreuses qu’on ne sait même plus les compter ! Je voulais que tous ces bénévoles, mais aussi tous nos héros du quotidien, qui travaillent au front durant la crise, puissent avoir leur moment d’évasion. C’est une façon de leur dire merci pour leur dévouement et cette initiative va aussi dans le sens du message que nous martelons tous depuis près de deux semaines : "Restez chez vous pour prendre soin de vous et des autres !", ajoute-t-elle.

Un appel aux artistes de la région est d’ores et déjà lancé. Celles et ceux qui voudraient apporter leur contribution à cet élan de solidarité peuvent adresser un e-mail à l’adresse festival.jurbise@gmail.com : "Artistes confirmés ou amateurs, cet appel est destiné à tout le monde ! Bon nombre de festivals ou d’événements musicaux ont malheureusement dû être reportés ou annulés suite à la crise du Coronavirus. Ce festival virtuel est une occasion pour les artistes de garder un contact avec un public. Libre aussi à ces artistes, impactés économiquement, de faire leur promotion durant le live qu’ils produiront."

Convaincue qu’en cette période, cette initiative sera appréciée de tous et largement suivie, la bourgmestre n’exclut pas la possibilité de réitérer l’expérience l’an prochain, et ce même si la crise sera derrière nous.