La parc engendre un trafic de transit important dans les villages voisins.

La problématique de la mobilité autour du parc animalier Pairi Daiza n’est pas neuve et a déjà fait l’objet de longues discussions. Ce lundi, la députée-bourgmestre Jacqueline Galant a profité d’une commission du parlement wallon pour revenir à la charge. Objectif, prendre connaissance d’éventuelles mesures destinées à soulager certaines voiries du trafic de transit.

"De renommée internationale, Pairi Daiza fait indéniablement partie des attractions phares de notre pays et de notre région. Nous en sommes fiers et dans ce cadre, nous devons accentuer nos efforts pour accueillir au mieux les visiteurs, tout en évitant les désagréments pour les riverains !", précise d’emblée Jacqueline Galant.

"Les problèmes de mobilité sur la RN56 et pour les villages avoisinants sont notamment liés à l’afflux de plus en plus important de visiteurs, combiné à l’absence de modes alternatifs. À la vue de l’évolution rapide du parc et de l’arrivée prochaine de nouvelles constructions, il est primordial de se pencher sur la problématique et de développer une vraie stratégie globale de mobilité aux alentours."

A la suite de cette intervention, le ministre de la mobilité Philippe Henry (Ecolo) a annoncé que le SPW lancerait une étude locale de mobilité pour étudier les alternatives qui pourraient être développées en matière d’accessibilité au parc. Aujourd’hui, les TEC ne desservent pas Pairi Daiza mais la présence de la gare de Cambron-Casteau à moins d’un kilomètre de l’entrée du parc est un atout qui mériterait d’être valorisé.

"Je salue la mise sur pied de cette étude locale de la mobilité et j’ai profité de cette occasion pour rappeler au ministre la nécessité de sécuriser davantage la RN56 ! C’est un combat que nous menons depuis 20 ans et nous espérons toujours être entendus." Pour rappel, en février dernier, le ministre Henry a annoncé que seule la sécurisation du carrefour du Dragon était toujours prévue pour la route d’Ath. Le nouveau Plan Infrastructure II, ne reprend, pour le moment, plus l’ensemble du projet initial, qui prévoyait la sécurisation du carrefour du Dragon jusqu’au carrefour de Masnuy.