885. C’est le nombre de nouveaux tracés qui pourraient être envisagés dans le cadre du projet Boucle du Hainaut, porté par Elia. Ce mardi, on apprenait en effet que ce ne sont plus 14 mais bien 73 communes qui pourraient être concernées. Si jusqu’ici, les premières communes s’étaient déjà mobilisées pour faire opposition à ce faramineux projet, elles devraient être plus nombreuses encore à s’exprimer.

Du côté de Jurbise, les choses bougeront dès le prochain conseil communal. À l’initiative de la majorité, une nouvelle motion sera déposée et soumise au vote des élus locaux. "L’objectif, c’est d’abord de rassurer la population à la suite de cette annonce, sortie de nulle part", explique Jacqueline Galant (LB), bourgmestre. "Aucune des communes possiblement concernées par ces tracés alternatifs n’a été consultée ! C’est donc aller un peu vite en besogne de la part d'Elia."

D’autre part, du côté de Jurbise, on souhaite affirmer haut et clair son opposition au projet d’Elia. "Deux motions ont déjà été votée à l’unanimité par le conseil à ce propos, la première en septembre 2019, la seconde en novembre 2020. Celle qui sera présentée ce 27 avril a vocation à renouveler notre position : nous ne voulons pas de ce projet, quelque soit le tracé finalement retenu." Depuis le début, la députée-bourgmestre a exprimé cette opposition au parlement.

"J’ai interpellé les ministres Tellier et Borsus à cinq reprises sur le sujet, et je continuerai à le faire. On ne peut imaginer avancer dans ce dossier et imaginer une modification de plan de secteur alors que les résultats de plusieurs études ne sont pas tombés. Ma priorité reste et restera la défense de la santé humaine, animale et de la biodiversité, de notre qualité de vie et de notre environnement." Jacqueline Galant espère par ailleurs pouvoir compter sur le soutien de ses pairs.

"Je dois admettre que jusqu’à présent, je me sentais un peu isolée au parlement. J’ose espérer que maintenant que davantage de communes sont menacées, les députés de l’arrondissement Mons-Borinage se joindront à moi et affirmerons leur opposition. Certains discours restent parfois ambigus quant à ce projet, notamment du côté d’Ecolo." Pour rappel, deux ministres seront chargés d’intervenir dans ce dossier : le réformateur Willy Borsus, et l’Ecolo Céline Tellier.

Dans la région Mons-Borinage, les communes de Lens, Boussu, Colfontaine, Dour, Frameries, Jurbise, Mons, Quaregnon, Quévy, Quiévrain et Saint-Ghislain sont possiblement concernées. Dans la région du Centre, Binche, Chapelle-lez-Herlaimont, Erquelinnes, Estinnes, La Louvière, Manage, Morlanwelz et Le Roeulx s’ajoutent à la liste qui comprenait déjà les communes de Soignies, Braine-le-Comte, Écaussinnes et Seneffe.

D’autres motions pourraient dès lors être présentées dans les différents conseils communaux à venir.