La vaccination à Dour va bon train ces dernières semaines. Carlo Di Antonio, bourgmestre de Dour, avait annoncé vouloir mettre en place une campagne de sensibilisation et d’information afin que ses concitoyens non-vaccinés passent le cap. Un premier message, qui répondait aux interrogations des citoyens, avait initialement été publié sur les réseaux sociaux. Des discussions au sein du collège communal avaient encore lieu pendant la semaine afin de définir les autres actions à mettre en place pour la suite de la campagne. Après concertation, les plans du bourgmestre ont dû être revus.

Le manque d'accès au registre des vaccinés compromet quelque peu les plans du bourgmestre. "Nous ne parvenons pas à trouver les coordonnées des citoyens qui ne sont pas encore vaccinés", confie Carlo Di Antonio, bourgmestre de Dour. "Nous allons donc devoir passer par la voie écrite alors que nous voulions aller à la rencontre des non-vaccinés pour discuter directement avec eux des intérêts du vaccin."

La charge de travail sera d’autant plus grande pour le bourgmestre et son équipe compte tenu de l’impossibilité de cibler directement les non-vaccinés. "Nous allons rédiger des lettres écrites à l’ensemble des citoyens", poursuit Carlo Di Antonio. "Cela représente donc 2.500 à 3.000 personnes à contacter alors qu’il aurait été bien plus simple de s’adresser uniquement aux personnes concernées par ces lettres."

Carlo Di Antonio dénonce "un dysfonctionnement dans le système" qui ne permet pas de gérer la crise de manière optimale. "Dans la situation telle qu’elle est, il aurait été évidemment préférable d’avoir accès à ce registre de vaccination", indique-t-il. "Certaines personnes parleront de respect de la vie privée mais lors d’une crise sanitaire comme celle-ci, l’accès aux informations de vaccination est primordial."