Comme de nombreuses maisons de repos de la région, le home Joli Bois de Colfontaine n'est malheureusement pas épargné par le coronavirus. La situation y est même particulièrement inquiétante. Suite à un dépistage de l'ensemble des résidents effectué vendredi, il apparaît que 38 des 43 pensionnaires sont positifs. Soit 88% des résidents. Face à ces résultats alarmants (et même si bon nombre des résidents ne présentent pas de symptômes problématiques), la direction de la maison de repos a décidé de faire appel aux services de la Protection civile.

C'est ainsi qu'une équipe de huit agents venus tout droit de la caserne de Crisnée (province de Liège) est intervenue ce dimanche. "Puisqu'il n'y a que cinq résidents qui ne sont pas positifs, nous avons créé une zone totalement décontaminée : le couloir, cinq chambres et l'infirmerie", explique le commandant Jean-Marie Ninane. "Nous avons aussi déplacé les objets personnels des résidents dans ces chambres décontaminées. L'objectif étant évidemment de préserver ces cinq personnes négatives."

Concrètement, les hommes de la Protection civile ont utilisé un matériel spécialisé qui envoie du peroxyde d'hydrogène (H2O2) partout dans les pièces à décontaminer. "C'est la même technique qui est utilisée pour désinfecter les ambulances notamment. Chaque chambre a été décontaminée en une vingtaine de minutes. Il fallait ensuite laisser reposer au moins deux heures avant de pouvoir à nouveau venir dans la chambre."

Durant cette période de pic de la pandémie, ce genre de mission est devenu le quotidien des agents de la Protection civile. "Nous faisons ça tous les jours en ce moment. Parfois deux décontaminations par jour. Nous avions d'ailleurs aussi une équipe en intervention ce dimanche du côté d'Arlon. Selon les situations et les résultats de tests, les maisons de repos font appel à nos services via l'AViQ ou via les autorités locales", ponctue le commandant Ninane.