Borinage

Il s'agit notamment de tester la bonne communication entre les secours et les entreprises en cas de crise.

Avec une quarantaine de sites classés comme tel, la province de Hainaut reste la province qui compte le plus d’entreprises Seveso en Belgique. On entend par là des entreprises dont l’activité nécessite la manipulation, la fabrication, l’emploi ou le stockage de substances dangereuses. Autant écrire que sur ces sites, la sécurité est la préoccupation numéro un.

Évidemment, chaque entreprise dispose d’un plan d’urgence et d’intervention. Mais si la théorie, c’est bien, la pratique reste indispensable. Pour s’assurer que toutes les procédures sont au point en cas d’alerte, un exercice grandeur nature sera organisé ce mardi 12 novembre au sein du zoning de Tertre. Yara Tertre, Prince Minerals et Polyol Belgium sont parties prenantes.

Organisé par le gouverneur du Hainaut et ses services (le bureau de sécurité), l’exercice impliquera la zone de secours Hainaut-Centre, la commune de Saint-Ghislain et les entreprises de l’éco-zoning. “Chaque site Seveso doit faire l’objet d’un test des plans d’urgence externes qui le concernent au moins une fois tous les trois ans”, précise Cédric Mélis, conseiller au cabinet du gouverneur Tommy Leclercq.

“C’est au bureau de sécurité qu’il revient de s’assurer que ces tests ont bien lieu. D’une part, ces exercices permettent de vérifier que les procédures prévues par les plans d’urgence sont en adéquation avec les réalités du terrain et qu’elles sont bien connues du personnel sur le site et par les services d’intervention, et permettent d’autre part aux différents acteurs de se rencontrer et de s’exercer en dehors de toute situation d’urgence.”

Pour ce faire, plusieurs exercices existent. “Ça peut aller du simple test téléphonique au grand déploiement de forces sur le terrain. Dans ce cas-ci, il s’agit d’un exercice limité de communication et d’alerte. Cet exercice implique notamment la cellule risque d’accident majeur du SPW, la centrale d’urgence 112, le centre d’information et de communication de la police (101) et la zone de secours Hainaut-Centre. Mais il ne faudra pas s’attendre à de grand déploiement de force sur le terrain.”

Les riverains voisins du zoning pourraient toutefois entendre des sirènes ou être témoins de scènes inhabituelles sur le zoning. Il n’y a donc pas lieu de s’inquiéter. L’objectif premier est de tester les schémas d’alerte et premiers échanges d’information entre l’exploitant et les services de secours. Au-delà des exercices externes, les sociétés organisent évidemment des exercices en interne afin d'évaluer l'efficacité de leurs mesures.