C’est une nouveauté qui devrait simplifier la vie des services administratifs de la zone de police boraine mais aussi et surtout celles des citoyens des communes de Boussu, Colfontaine, Frameries, Quaregnon et Saint-Ghislain. Ceux-ci peuvent en effet désormais prendre rendez-vous afin de se rendre au commissariat, à leur meilleure convenance, pour des faits liés à des objets (perte ou vol de documents, accident de la route avec délit de fuite, dégradation,…) ou à des personnes (abus de confiance, calomnie, tapage,…).

"Le citoyen choisit le jour et la plage horaire qui lui conviennent le mieux. Tout au long de l’encodage, il reçoit diverses informations utiles, telles que les documents à prendre avec lui, les mesures covid en vigueur,…", explique-t-on du côté de la zone de police boraine. Une confirmation de rendez-vous est alors transmise par e-mail tandis qu’un rappel lui est envoyé la veille du rendez-vous.

Pour la zone de police boraine, il s’agit d’une réelle plus-value. "C’est un outil qui va permettre une meilleure gestion du personnel. En un clin d’œil, nous pouvons déterminer le nombre de policiers nécessaires pour recevoir les citoyens et permettre aux autres, non engagés pour les dépôts de plaintes, de se rendre dans leur quartier, de répondre aux demandes du parquet, d’effectuer leurs patrouilles,…"

Les temps d’attente du citoyen seront donc réduits au sein des accueils des différents commissariats, le flux de personnes présentes sera mieux géré et la prise en charge sera de ce fait améliorée. "Nous restons évidemment conscients que des imprévus peuvent survenir et que les services de police doivent rester accessibles aux citoyens. Les commissariats de quartier ne travailleront donc pas exclusivement sur rendez-vous", précise encore la zone.

Des plages horaires (de 11 heures à midi et de 14 heures à 15 heures) seront laissées libres et pour les personnes ne disposant pas d’internet, les rendez-vous pourront être pris par téléphone. Les urgences restent évidemment assurées 24 heures sur 24 heures, sept jours sur sept. Pour bénéficier du programme, la zone de police a déboursé quelque 3000 euros. Son coût annuel représentera un budget de 1161 euros.