Dans la région, le Clos de l’Olivier a pignon sur rue en matière de réhabilitation des espèces sauvages. Il faut écrire que l’association jurbisienne dispose désormais d’une longue expérience et reste donc une référence lorsqu’il est question de prodiguer des conseils. C’est en ce sens que cette dernière a formulé quelques recommandations alors que les conditions climatiques sont pour le moins changeantes.

Entre les températures "polaires" de la semaine dernière et les prévisions printanières de ce week-end, la faune ne sait en effet plus sur quel pied danser. "Le climat changeant de nos régions ne fait pas l’affaire de notre faune sauvage. Celle-ci souffre énormément de cette variation climatique », explique-t-on du côté du refuge. Vu l’augmentation brutale de température, il est conseillé de ne plus mettre de graines oléagineuses du genre cacahuètes, tournesol ou autres graines huileuses. Cela nuit à la reproduction qui va bientôt commencer."

Si une attention particulière doit être portée aux oiseaux, ils ne sont pas les seuls à être menacés par de potentielles erreurs humaines. "Le hérisson, comme d’autres mammifères, va tout doucement sortir de son hibernation et va chercher de la nourriture. Il est fortement déconseillé de donner du pain à toute la faune sauvage, quel qu’elle soit. En effet les farines modernes ou industrielles sont expurgées de nutriments positifs pour la faune. Cet aliment est mortel pour celle-ci."

Que faire, dès lors, pour malgré tout donner un coup de pouce aux animaux et leur permettre de vivre au mieux la transition ? "Donnez plutôt des vers de farine déshydratés ou des croquettes pour chiens ou chats légèrement humidifiées. Surtout, ne pas oublier l’eau en suffisance. » L’association insiste encore sur le fait de ne pas recourir aux différentes pâtées. « Le hérisson pourrait ne plus s’en passer, ce qui n’est pas l’objectif. Il est clair qu’une fois le beau temps revenu, nos amis retrouveront la nourriture espérée. Par ces périodes de changement climatique, nous devons les aider, pas les humaniser."

Rappelons encore qu’en sortie d’hibernation, un hérisson peut se retrouver très affaibli d’avoir puisé dans ses réserves de graisses. Il n’est donc pas nécessaire de recueillir tous les hérissons. Des centres spécialisés, comme le Clos de l’Olivier, peuvent être contactés avant d’envisager une prise en charge.