Le festival, qui aurait dû se tenir entre les 15 et 22 juin prochain, est annulé.

C’est une décision difficile qui a dû être prise par l’organisation du Festival Mondial du Folklore de Saint-Ghislain. Plongée dans l’incertitude face à la fin de la crise sanitaire et pour ne pas prendre de risque, l’événement, qui aurait dû se tenir dans la Cité de l’Ourse du 15 au 22 juin prochain, est finalement annulé.

"La situation est terrible en Belgique, en France, en Espagne, en Italie,… Et dans le monde. Notre festival est l’un des premiers à être organisé en Europe, du 15 au 22 juin, avec aussi une arrivée prévue de Cuba et de Russie les 7 et 8 juin", explique Daniel Coustry, organisateur. "Au vu de la situation, après les recommandations de notre ministère d’éviter les voyages en mai et juin, nous voulons avant tout préserver la santé de notre public, de nos artistes, des bénévoles."

C’est donc avec "un gros pincement au cœur » que l’organisation a pris ses responsabilités et décidé d’annuler cette 37e édition, ainsi que les tournées des groupes prévus. Malheureusement, à ce stade, aucune autre alternative n’était envisageable. "Reporter le festival d’un ou de deux mois était mission impossible. Nous pensons que nous prenons une sage décision, difficile pour nous après avoir travaillé des mois pour présenter un superbe plateau. Financièrement, les pertes seront difficiles à maitriser. Mais nous en sortirons grandis."

Pareil festival se prépare évidemment des mois à l’avance et nécessite d’importants investissements, alors que les groupes qui se produisent au festival viennent du monde entier. L’organisation tente de garder le moral, précisant que ce ne sera que partie remise. "Nous avons déjà proposé aux groupes invités pour juin-juillet de les accueillir l’an prochain, aux mêmes dates. Après 36 ans d’existence, jamais nous n’aurions imaginé devoir faire face à une telle épidémie."

L’organisation tente désormais de tourner le regard vers 2021, avec l’espoir évident que cette crise sans précédent soit le plus rapidement possible derrière nous.