Borinage

Le gala d'ouverture aura lieu ce mardi soir.

Le dépaysement est total et pourtant, l’événement ne nécessite ni long trajet en voiture, ni traversée d’océans en avion. Ce lundi, la déjà 36e édition du festival mondial du folklore de Saint-Ghislain a ouvert ses portes. Elles ne se refermeront que lundi, le 24 juin donc, non sans avoir avant permis au public de découvrir des cultures et des rites différents des nôtres.

Cette année, la Belgique sera représentée aux côtés du Brésil, du Chili, des États-Unis, du Guam (un territoire situé à l’ouest de l’océan Pacifique), de l’Indonésie, du Kazakhstan, du Pérou, de Russie et de la Slovaquie. « Nous accueillons pour la première fois les célèbres Cosaques de Russie. Il y a encore beaucoup de groupes que nous souhaiterions accueillir. Nous avons bon espoir d’y parvenir avec l’Equateur dès 2020 », explique Daniel Coustry, président du festival.

Au fil des éditions, l’événement a acquis ses lettres de noblesse. « Le maître-mot est qualité. Je visite de nombreux festivals un peu partout en Europe et il faut bien constater que si la qualité n’est pas là, la fréquentation s’en ressent. Nous avons la chance de proposer de beaux plateaux parce que nous sommes exigeants. De nombreux groupes souhaiteraient venir mais ne répondent pas forcément aux critères imposés… »

Si le festival s’est ouvert avec une journée plus conviviale permettent une première rencontre entre les artistes et le public, il se poursuivra ces prochains jours avec des prestations hautes en couleurs. « Plusieurs soirées sont d’ores et déjà complètes, preuve que l’engouement est bien présent. Et malgré un changement de date (depuis l’an dernier, le festival est organisé mi juin et non plus en début de mois), les écoles ont aussi répondu à l’invitation. »

Entre 17 et 18 000 personnes dont 4000 enfants sont attendus sur l’ensemble de l’événement. De quoi donner envie au public de partir découvrir certaines contrées à l’aube des congés d’été?