C’est l’un des chantiers les plus attendus dans la région : longtemps évoqué, souvent reporté, le dossier de construction d’un giratoire à la sortie d’autoroute de Saint-Ghislain se concrétise enfin. Interrogé à ce sujet, le ministre en charge de la mobilité, Philippe Henry (Ecolo) a en effet annoncé que les travaux débuteraient avant le 20 septembre prochain. Ils devraient s’étaler sur une période de 100 jours ouvrables.

"L’entreprise vient d’être notifiée fin juillet. Les premières rencontres avec l’entrepreneur ont lieu dans le courant de ce mois d’août afin de définir une date de commencement des travaux", a expliqué le ministre. Le début imminent de ce chantier entrainera inévitablement son lot de complication et désagréments pour les automobilistes, extrêmement fréquents à emprunter cet axe routier.

Mais la construction d’un giratoire en cet endroit semble être la meilleure des solutions pour qu’enfin, il ne s’agisse plus d’un lieu particulièrement accidentogène. Malgré les marquages au sol et la signalisation routière renforcée, rien n’y fait : les conducteurs sont nombreux à ne pas respecter le cédez-le-passage. Conséquence, les collisions sont pratiquement quotidiennes. Heureusement, dans une majorité des cas, il ne s’agit que de dégâts matériels.

Agir pour limiter au maximum le nombre d’accidents est cependant une nécessité. Le dossier a longuement fait débat et a connu de multiples reports. En 2018, le projet a commencé à se concrétiser administrativement. Les travaux ont été budgétisés à environ 700 000 euros tandis que le permis d’urbanisme a déjà été accordé. De même, le dossier et le cahier des charges avaient été élaborés.

La fermeture en urgence du pont du Goulet, à Hautrage, était également venue chambouler le calendrier. Pour ne pas ajouter de chaos au chaos routier, le SPW et la Sofico avaient préféré repousser la construction du giratoire saint-ghislainois.