La population des quatre communes respecte globalement bien la mesure.

Au début du mois de mai, les bourgmestres de Quiévrain, Dour, Hensies et Boussu annonçaient l'obligation du port du masque dans les magasins, aux guichets des administrations publiques et plus généralement dans les espaces confinés accessibles au public. Et ce, dès le 11 mai. Afin de laisser aux citoyens et aux commerces le temps suffisant pour s’organiser, le non-respect de cette obligation ne faisait jusqu'à présent l’objet que d’un simple avertissement.

La règle a toutefois changé depuis ce lundi 18 mai, comme annoncé initialement. La phase de répression a donc débuté et la police est prête à verbaliser les citoyens qui ne respecteraient pas cette mesure. "Mais jusqu'à présent, nous n'avons verbalisé personne pour le non port du masque", confie Patrice Degobert, chef de corps de la police des Hauts-Pays. "Notre plus haute priorité n'est pas de verbaliser mais plutôt d'éduquer et d'informer les gens. Mais s'il faut verbaliser, nous le ferons."

Il est vrai que cette obligation du port du masque est très bien respectée jusqu'à présent dans les Hauts-Pays. "Tout le monde dispose d'un masque et chacun le porte quand il sort faire ses courses. Déjà la semaine dernière, c'était très bien suivi avec près de 90% des personnes qui portaient un masque dans les magasins et autres lieux confinés accessibles au public. Nous n'avons pas eu de cas problématique à régler à ce niveau-là."

Depuis le début de la crise sanitaire, la police des Hauts-Pays a dressé 422 PV. Mais le rythme est en nette diminution. "Même si les effectifs sont toujours très présents sur le terrain, nous devons moins verbaliser désormais", explique Patrice Degobert. "Nous sommes passés d'une dizaine de PV par jour à seulement un ou deux par jour actuellement."

Exception faite pour le lundi 11 mai, jour du déconfinement en France. "Les Français pensaient pouvoir accéder au territoire belge puisqu'ils peuvent désormais bouger dans une zone de 100 kilomètres autour de leur domicile. Mais il y a eu confusion de leur part parce qu'ils ne peuvent toujours pas venir en Belgique. Sur une journée, nous avons dressé 21 PV à des gens qui voulaient passer la frontière pour aller notamment dans les tabac-shops ou prendre de l'essence."

> Le Gouverneur demande aux bourgmestres d'annuler l'ordonnance de police sur les masques. Ils répondent.