Le Service public de Wallonie et la Sofico appliquent le principe de précaution

Depuis ce mardi à 21 heures, le pont de la route de Wallonie, qui enjambe le canal à hauteur de la sortie Hautrage, a été fermé à la circulation dans les deux sens. Cette décision, prise en urgence par le SPW, restera d’application jusqu’à la construction d’un nouveau pont provisoire, soit plusieurs mois. Une déviation est mise en place via la rue de Tournai, le rond-point de l’ourse, la rue Defuisseaux, la rue de Chièvres et la rue de la Carbo.

« Étant donné l’importance du trafic, un pont provisoire sera rapidement installé à la darse d’Hautrage (8500 véhicules et 500 poids lourds par jour). Il restera en place durant toute la durée des travaux de construction des nouveaux ouvrages, dans les trois ans à venir. Concernant les déplacements des piétons et des cyclistes, la situation sera analysée et d’éventuels aménagements seront concertés avec les autorités locales », précise le service publique de Wallonie.

Le SPW Mobilité et Infrastructures et la Sofico gèrent un peu plus de 5000 ouvrages d’art en Wallonie. Ces ponts sont régulièrement inspectés afin de surveiller leur état de santé, de prévoir et planifier les entretiens et travaux nécessaires. « Au lendemain de l’effondrement du pont de Gênes en août 2018, le SPW a décidé de mener une réflexion quant à l’impact des circonstances de cet événement sur la gestion des ponts en Wallonie. »

Les dernières inspections ont montré que trois ouvrages d’art datant des années 50 présentent des défauts importants, concernant principalement des câbles tendus dans le béton qui assurent la stabilité de ces ponts. Tous sont situés dans le Hainaut : à Hautrage donc, mais également à Pommeroeul (le pont de la Chaussée de Bellevue) et à Gouy-lez-Piéton.

« Des inspections approfondies sont très difficiles et uniquement partielles en raison de leurs structures, certaines parties étant inaccessibles. La défaillance de ces éléments impliquerait un effondrement de l’ouvrage. Malheureusement, celui-ci ne serait pas précédé de signes avant-coureurs. La chute du pont surviendrait sans prévenir et de manière brutale. Nous avons donc décidé d’appliquer le principe de précaution pour éviter les accidents. »

Notons que la navigation ne sera, quant à elle, pas interrompue, sauf durant les phases de démolition, limitées dans le temps.